Conso: Les portions individuelles sont chères et polluantes

1 contribution
Publié le 16 mai 2012.

CONSO - Pour l'ouverture de l'exposition «Emballages alimentaires, l'innovation est dans la boîte», Néoplanète revient sur un problème majeur lié aux produits alimentaires: le suremballage. Plus polluantes et plus chères, les portions individuelles n'ont pour elles que d'éviter certains gaspillages alimentaires...

«Un achat en format individuel revient jusqu’à 94% plus cher au consommateur que le même produit en format familial.» Dans son étude «Comment manger moins cher?», l’association Familles de France est claire: la portion individuelle (ex: des fromages blancs achetés par 4 et non en pot d’ 1 kg) est bien plus chère que la portion familiale. «Ce sont des produits qui rendent service et qui permettent aux industriels de dégager plus de marges car ils coûtent plus chers en emballage et en transport», explique Sophie de Reynal, experte en innovation alimentaire à Nutrimarketing, au journal Le Parisien.

S’ils facilitent le transport et protègent le produit, les emballages sont aussi source de déchets qu’il faut ensuite collecter, trier et -dans le meilleur cas-, recycler. Eco-Emballages rappelle qu’entre 1960 (où on ne mesurait pas encore les conséquences de notre mode de consommation) et aujourd’hui, chaque habitant produit deux fois plus de déchets, soit 350 kg chaque année.  Au total, les emballages représentent 25% en poids et près de 35% en volume de notre poubelle.

Moins de gaspillage alimentaire?

Acheter moins de portions individuelles ne veut pas dire systématiquement opter pour le format familial. «Proposer diverses portions pour un même produit réduit le gaspillage alimentaire puisque le consommateur a la possibilité de se procurer la quantité correspondant le mieux à ses besoins», confie Guido Brosius, Packaging Manager chez Carrefour Belgium.

A noter aussi que l’emballage protège le produit: les aliments rapidement périssables sont mieux protégés contre les menaces extérieures. Avec les portions plus petites, la probabilité de devoir conserver un emballage ouvert diminue, et avec lui, le risque de péremption.

La faute à qui?

Bien sûr, les industriels, avec la production de produits de consommation, sont en première ligne. Mais la faute pourrait aussi nous être imputée: «Les consommateurs prennent de moins en moins de temps pour manger, ce qui se reflète dans leurs habitudes alimentaires, confie Herman Konings de Trend Watcher. Le petit déjeuner et le déjeuner se prennent de plus en plus souvent en se rendant au travail. Les en-cas et autres aliments emballés séparément facilitent cette évolution.»

A Delphine Bornes, chargée de mission consommation pour l’association Familles de France, de conclure: «Pour le quatre-heures des enfants, il est plus économique de couper un quatre-quarts et d’emballer les parts dans de l’aluminium.»

 Quelques exemples (selon les résultats de l’enquête Familles de France):

- la compote: choisir les pots individuels vous revient 91% plus cher que d’acheter la compote en conserve ou pot en verre (1 kg en général)
- la lessive en poudre: les pastilles coutent 77% plus cher que le «pack» de lessive en poudre
- le fromage blanc: 73% plus cher de le prendre en pots individuels plutôt qu’en pot (d’1 kg en général)
- le gâteau marbré: les petits formats «de poche» reviennent 58% plus cher que le gâteau à partager

Pensez donc à quelques astuces-clés: utiliser les restes, éviter de faire les courses quand on a faim (on a alors tendance à remplir davantage son chariot!) et cuisiner plutôt que d’acheter des plats cuisinés.

 Insolite : les emballages comestibles

Delphine Rabasté
Newsletter
HIGH-TECH

Recevez une fois
par semaine
toute l'actualité high-tech

publicité
publicité
publicité

publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr