Orelsan au tribunal face à Ni Putes Ni Soumises pour sa chanson «Sale Pute»

3 contributions
Publié le 7 mai 2012.

JUSTICE - L'association féministe a poursuivi le rappeur pour «provocation au crime» après la diffusion sur Internet de ce morceau et la polémique qui a éclaté à ce sujet en 2009...

Grand vainqueur des Victoires de la musique 2012 avec deux trophées, celui de la «révélation du public» et de «l’album rap de l’année», Orelsan pensait sans doute que les Français avaient déjà oublié l’affaire «Sale Pute», du nom de sa chanson qui avait fait polémique en 2009. Un titre qui décrit en termes très crus la colère d’un jeune homme qui menace sa compagne d’une série de violences physiques après avoir découvert que celle-ci le trompait.

Mais Aurélien Cotentin, de son vrai nom, a dû encore une fois s’expliquer. Après la plainte pour «provocation au crime» déposée par le mouvement Ni Putes Ni Soumises, il a été entendu ce lundi devant la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris. «Certes, le texte est très violent, mais il n'y a aucune image de violence, je n'ai pas été plus loin que n'importe quelle série sur TF1 où il y a un meurtre direct», a déclaré Orelsan. «Oui, il y a des crimes horribles, mais ce n'est pas pour ça qu'il faut interdire aux chansons d'en parler», sinon plus d'Orange Mécanique, «on ne fera que des films et des chansons bien-pensants». Le rappeur a poursuivi: «Je ne pense pas que les gens soient suffisamment bêtes pour réitérer ce qui est dit dans une chanson, ou alors c'est qu'ils sont dangereux dès le départ». Incompréhension sur le banc des parties civiles. «Pour nous cette chanson est vraiment un appel à la haine», s'est émue la présidente de Ni Putes Ni Soumises, Asma Guénifi. Son association réclame 4.000 euros de dommages et intérêts à Orelsan. Mais pour le procureur, «on se trompe d'ennemi», Orelsan n'est pas responsable des violences faites aux femmes. La décision sera rendue le 12 juin.

«Aucune œuvre dite ‘de fiction’ ne peut justifier la haine»

Après les Victoires de la Musique, Asma Guénifi, la présidente de Ni Putes Ni Soumises, s’était félicitée  «du changement de style des chansons du rappeur Orelsan, qui après la chanson ‘Sale Pute’, est récompensé pour Le Chant des Sirènes». Mais elle avait souligné, en déplorant que l’audience pour «Sale Pute», initialement prévue pour le 5 mars, ait été reportée au lendemain des Victoires: «Nous attendrons un jugement exemplaire contre toute apologie sordide de la brutalité envers les femmes. Aucune œuvre dite ‘de fiction’ ne peut justifier la haine, le mépris et l’entrave à la liberté des femmes».  Le mouvement féministe insiste sur les paroles de la chanson: «On verra comment tu fais la belle avec une jambe cassée», «tu mérites ta place à l'abattoir», «je vais t'avorter à l'Opinel», «J'veux que tu tombes enceinte et que tu perdes l'enfant», déclame le rappeur de 29 ans dans «Sale Pute»...

Découvert sur les plateformes de vidéo en streaming il y a trois ans, au moment où Orelsan sortait son premier opus, le clip a immédiatement provoqué la colère des féministes. C’est à ce moment là que Ni Putes Ni Soumises a porté plainte pour provocation au crime. Une polémique qui a rapidement pris une ampleur inattendue. Même soutenu par la scène française, la participation d’Orelsan cette année-là aux grands festivals n’est pas au goût de tous. Notamment des politiques. Le Printemps de Bourges maintient le rappeur à l’affiche, mais il est déprogrammé des Francofolies de la Rochelle. Plus récemment, la polémique a éclaté à La Réunion où la venue du chanteur risquait d’être annulée pour les mêmes motifs. Et ce, malgré les explications d’Orelsan, qui maintient depuis 2009 que «Sale Pute» est une œuvre de fiction sur la façon dont une pulsion peut transformer un homme en monstre. Pour lui, il ne s’agit aucunement d’une apologie de la violence conjugale.

Malgré le fait que le procès ne se soit ouvert que maintenant, la page est déjà tournée pour le rappeur. Orelsan a indéniablement été réhabilité, par le public et les professionnels, depuis son deuxième album, Le Chant des Sirènes, qui raconte le quotidien d’un jeune homme approchant de la trentaine.

>> Voir notre vidéo d’Orelsan en live dans le studio de «20 Minutes» en mars dernier

>> Orelsan en interview vidéo pour «20 Minutes» en septembre 2011

A.G. avec AFP
Mots-clés
Newsletter
POP

En fin de journée, faites
le tour de l'actu POP : culture, people, médias

publicité
publicité
publicité

Top 5 des vidéos partagées
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr