Faire de l'œil aux parents pour dépister les enfants

0 contributions
Publié le 3 avril 2012.

vue Certains défauts peuvent être corrigés s'ils sont décelés assez tôt

A l'âge de 4 ans, un enfant sur sept souffre d'une anomalie visuelle. D'où l'action de l'Association nationale pour l'amélioration de la vue (Asnav), qui appelle les parents à plus de vigilance. « Car même si des rendez-vous sont conseillés dans le carnet de santé de l'enfant pour vérifier sa vue, ils sont rarement honorés », constate Catherine Jégat, chargée des opérations à l'Asnav. L'association rappelle donc l'importance de prendre rendez-vous avec l'ophtalmologiste aux alentours des 9 mois de l'enfant et avant son entrée en maternelle et en primaire (s'il n'a pas déjà été examiné par un médecin scolaire). « Mêmes des petites anomalies, comme l'astigmatisme, peuvent jouer sur l'apprentissage de la lecture et toute la scolarité de l'élève peut ensuite en être affectée », alerte Catherine Jégat.
Autre intérêt d'agir tôt : certains défauts de la vue comme l'hypermétropie ou l'amblyopie peuvent être corrigés s'ils sont repérés précocement. Par la suite, la vue de l'enfant devra aussi être vérifiée vers ses 10-12 ans. « Car certaines myopies peuvent apparaître dès le début de l'adolescence », insiste Catherine Jégat. Quant aux enfants qui portent des lunettes en bas âge, ils doivent aussi repasser devant l'ophtalmo régulièrement afin qu'il vérifie l'évolution de leur vue. « Rappelons aussi que jusqu'à 6 ans, plusieurs paires de lunettes peuvent être remboursées par la Sécurité sociale chaque année, en particulier si l'affection évolue », poursuit Catherine Jégat. Enfin, l'Asnav insiste sur l'importance de prévenir les effets nocifs du rayonnement des ultraviolets, notamment à la montagne ou au bord de la mer, car les yeux des enfants sont plus sensibles que ceux des adultes. « Pour les protéger, il faut leur acheter des lunettes de soleil estampillées CE de catégorie 3, en privilégiant les distributeurs traditionnels plutôt que les vendeurs sur les marchés ! », conclut Catherine Jégat.

Delphine Bancaud
Newsletter
HIGH-TECH

Recevez une fois
par semaine
toute l'actualité high-tech

publicité
publicité
publicité

publicité
Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr