Découverte d'une planète-océan: «De l'eau dans des états étranges»

6 contributions
Publié le 22 février 2012.

INTERVIEW - L'astronome Zachory Berta revient sur la nature de la mystérieuse planète GJ1214b...

Mardi, une équipe de scientifiques américains a confirmé que la planète GJ1214b, située à «seulement» 42 années lumières de la Terre, était principalement composée d'eau. Zachory Berta, du Centre Smithsonien d'astrophysique de l'université d'Harvard, coauteur de l'article paru dans le Journal d'astrophysique, revient pour 20 Minutes sur cette découverte.

On y trouve donc beaucoup plus d'eau que sur Terre?

Absolument. 70% de la surface de la Terre est couverte d'eau, mais les océans ne constituent qu'une fraction infime de la masse de notre planète –bien moins de 1%. Sur GJ1214b, la proportion pourrait se situer entre 10 et 50% de la masse. L'eau y est peut-être mélangée à d'autres molécules, comme de l'hydrogène ou de l'hélium.

 

Mais GJ1214b a-t-elle a priori un noyau solide?

On n'a pas directement observé le noyau, mais c'est presque une certitude. Cela serait très compliqué d'avoir une planète sans noyau dur, GJ1214b ne peut pas être constituée uniquement d'eau.

 

De l'eau, donc, mais dans quel état?

Il n'y a sans doute pas d'eau liquide, pas dans une forme telle qu'on la connaissons sur Terre. Les couches externes sont a priori de la vapeur ultra-chaude. Ensuite, en plongeant vers l'intérieur, on trouve sans doute de l'eau dans des états très étranges. C'est toujours de l'eau, des molécule H2O, mais à cause des hautes températures (230°C, selon les estimations, ndr) et des fortes pressions, elle se trouve probablement dans des états très différents de ce qu'on a sur Terre (hyperfluide, glace chaude, ndr). C'est difficile d'imaginer à quoi ressemble la surface, ou même s'il y en a une.

 

Le lancement du télescope spatial James Webb (JWST), qui doit succéder à Hubble en 2018, permettra-t-il d'en apprendre davantage?

Complètement. Quelques observations directes avec le JWST nous donneront une mine d'informations pour mieux comprendre cette planète.

 

Le JWST permettra-t-il également de trouver des planètes encore plus proches, autour de Proxima ou Alpha du Centaure (moins de 5 années-lumière), par exemple?

A priori, oui. Mais le temps du JWST sera si précieux qu'il faut essayer d'en découvrir avant, pour ensuite braquer ses instruments au bon endroit et étudier ces planètes en détails.

Propos recueillis par Philippe Berry, à Los Angeles
Newsletter
HIGH-TECH

Recevez une fois
par semaine
toute l'actualité high-tech

publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr