Du bio dans mon vin

1 contribution
Publié le 17 octobre 2011.

VITICULTURE - En quinze ans, les surfaces de vignobles biologiques ont été multipliées par dix en France, atteignant 50.258 hectares cultivés en 2010. Parallèlement, d'autres méthodes de viticulture respectueuses de l'environnement se développent. Petit tour d'horizon de ces vins au succès grandissant...

Viticulture biologique, biodynamie, vins sans soufre… Aux côtés de la culture raisonnée qui limite l’utilisation de produits chimiques et encourage au suivi préventif de la vigne, beaucoup d’autres formes de cultures écologiques voient le jour.

VERS UNE VIGNE NATURELLE

Pour passer à une culture bio, le professionnel doit convertir son exploitation pendant trois ans, pour que la terre et la vigne deviennent saines. Pour ce faire, il répond à des cahiers des charges privés (Charte de la Fédération nationale interprofessionnelle des vins de l’agriculture biologique, Nature & Progrès, Demeter…) qui garantissent que le raisin est cultivé naturellement. Côté contrôles, les vignobles bio sont inspectés au moins une fois par an par des organismes de certification indépendants agréés. Fini les pesticides et autres produits de synthèse pour préserver la plante et l’écosystème, le vigneron bio doit privilégier des méthodes respectueuses de l’environnement, comme l’enherbement et les fertilisants organiques (composts, fumiers…).

LE VIN BIO N’EXISTE PAS?

D’après la loi, seul le vin à base de «raisins issus de l’agriculture biologique» est reconnu. Rien n’est dit sur la vinification (transformation du raisin en vin), étape qui nécessite par exemple l’usage de sulfites (conservateurs). Cependant, l’Union européenne prévoit d’harmoniser les normes de conditionnement de ces vins d’ici à 2012.

POURQUOI BOIRE BIO?

En 2008, une étude sur la présence de résidus de pesticides dans le vin a été réalisée par Pesticides Action Network Europe. Bilan: seuls les vins bio en sont exempts. «Leurs qualités environnementales et sanitaires sont largement reconnues, explique André Chatenoud, vigneron bio à Lussac-Saint-Émilion. Ils sont aussi d’un intérêt primordial pour les acheteurs en quête d’originalité, de goût et de style, pour satisfaire la curiosité gustative et le plaisir de leurs clients.» Toutefois, rappelez-vous que le bouquet d’un vin dépend aussi de la qualité du terroir et du savoir-faire du viticulteur!

LA BIODYNAMIE, KESAKO?

Similaire à l’agriculture biologique, cette forme de viticulture suit le rythme de la nature, de la Terre et de la Lune, afin d’éviter l’exploitation intensive des sols. Elle privilégie des traitements naturels, tels que la bouillie de prêles ou le purin d’orties, et encadre l’emploi de traitements autres.

LE VIN SANS SOUFRE

Il existerait donc des vins non-naturels, voire synthétiques? Le terme prête à confusion. Tous les vins, sans exception, sont issus de la fermentation naturelle du raisin. Et ils ne peuvent s’élaborer sans intervention humaine (ou alors ils se transformeraient en vinaigre). Employer l’expression «vin naturel», c’est donc faire référence à un vin sans soufre ajouté, voire à un vin bio. Certains professionnels se prêtent ainsi au jeu (dangereux) de la viticulture sans ajout d’anhydride sulfureux, un conservateur potentiellement toxique qui garantit la stabilité du vin et sa meilleure conservation en bouteille. Les conditions de vinification, de stockage et de conservation (pas au-delà de 14 °C) doivent être irréprochables. L’exercice est périlleux, et le résultat pas forcément au rendez-vous.

LES LABELS

Outre le label AB affublé de la mention «Vin issu de raisins de l’agriculture biologique» et du nom de l’organisme certificateur, plusieurs autres vous aident à faire votre choix. Terra Vitis marque la viticulture raisonnée. Côté bio, Nature & Progrès, de l’association du même nom, préconise une récolte manuelle, une fermentation des raisins à partir de leurs propres levures et des taux de dioxyde de soufre réduits de moitié, par rapport à la norme européenne.

Pour la biodynamie, notez ces deux labels: Demeter, une certification allemande, pour une vinification avec peu de soufre, et Biodyvin, moins strict que Demeter, délivré par le Syndicat international des vignerons en culture biodynamique contrôlée Ecocert.

Insolite: des caves sous-marines

Delphine Rabasté
Mots-clés
Newsletter
HIGH-TECH

Recevez une fois
par semaine
toute l'actualité high-tech

publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr