Agnès Obel: «J'ai été repérée en 2009 grâce une démo que j'avais bricolée sur mon Myspace»

0 contributions
Publié le 23 mars 2011.

INTERVIEW - L'artiste danoise, saluée par la critique, se livre à 20 Minutes...

Agnès Obel, 30 ans, est l'artiste de l'automne 2010. Avec ses balades mélancoliques à la fois pop et classique, dont son titre le plus connu «Just So», la compositrice et interprète danoise a séduit le public européen. A peine revenue du Texas, où elle faisait sa première scène aux Etats-Unis, elle répond à 20 Minutes depuis sa chambre d'hôtel à New York.

Vous avez sorti votre premier album Philharmonics en octobre 2010, comment décririez-vous votre musique?
Je ne revendique pas l'appartenance à un genre de musique. Je me concentre davantage sur la création d'une mélodie, je joue au piano, puis je construis les paroles et j'ajoute la voix. C'est la mélodie qui dirige toute la création de la chanson et l'atmosphère que je veux créer. A aucun moment je ne me suis dit que je voulais faire une chanson pop, folk ou classique, ce serait tellement ennuyeux pour moi.

Quels sont les artistes qui vous ont aidé à définir votre musique?
Ma mère jouait du piano en amateur, mon père était guitariste de jazz et j'ai toujours eu un piano chez moi, j'en ai même eu deux aujourd'hui. Composer a toujours été un réflexe, j'ai commencé à sept ans, j'ai fait partie de plusieurs groupes et je suis trop curieuse pour définir ma musique comme appartenant à un style. C'est comme ça que j'écris, j'ai choisi de ne pas faire d'école de musique pour ne pas formater mes textes. J'écoute beaucoup de classique, des compositeurs français comme Debussy et Satie. Parmi les artistes contemporains, ces derniers temps j'écoute en boucle Fleet Foxes. Leur concert à Berlin a été l'un des meilleurs que j'ai vu. Je suis aussi sensible à ce qu'a fait Elliott Smith.

Vous vous êtes installée à Berlin à 25 ans, c'est là que vous avez été repérée. Pourquoi avoir quitté le Danemark?
J'étais allée à Berlin un an plus tôt en tant que touriste, la ville m'a inspirée, il y a tellement d'espace que cela ressemble davantage à une collection de petits villages. La vie y est beaucoup moins chère qu'au Danemark, je m'y suis installée avec mon petit ami qui a pu trouver du travail dans le secteur de l'animation. C'est aussi là-bas que j'ai été repérée en 2009 par une compagnie de téléphone. Ils ont utilisé dans une publicité une démo que j'avais bricolée comme ça de «Just So» publiée sur mon Myspace. A l'époque, je n'avais même pas fini d'écrire toutes les chansons de mon album, je commençais tout juste à enregistrer en studio. C'est tellement difficile de signer avec un label pour un artiste en début de carrière, c'est grâce à cela que le label PIAS m'a repérée.

Vous étiez en concert à Austin au Texas mi-mars au prestigieux festival SXSW, Comment cela s'est passé?
C'était très différent de tous les concerts que j'ai pu faire en Europe et c'était surtout la première fois que j'allais en Amérique du Nord. SXSW rassemble des milliers de musiciens dans une ville pendant une semaine. J'avais l'impression d'être dans un film, cette vie de bohème dans une Amérique conservatrice, ça avait quelque chose de surréaliste. Les artistes que j'ai rencontrés là-bas sont tous inspirés par un mouvement en particulier, souvent le rock des années 70 et sont à fond dedans. Une approche assez lointaine de la mienne.

Est-ce que vous travaillez déjà sur un prochain album?
Oui, j'ai déjà quelques chansons. Philharmonics devait sortir début 2010, puis cela été reprogrammé à l'automne. J'en ai donc profité pour commencer à écrire. Les nouveaux morceaux sont différents, moins progressifs. Sur Philharmonics, il y a des titres qui datent de 1995, d'autres de 2009, le prochain devra trouver son originalité sur une plus courte durée. Ce seront des mélodies écrites qui ne tiennent pas à ce que j'ai pu vivre adolescente ou à Berlin et que j'ai composées seule. Je débuterai l'enregistrement cet été lorsque je pourrais faire une pause dans ma tournée.

Mélissa Bounoua

Gagner des places pour son concert privé le 31 mars à Paris  

Agnès Obel donnera un concert privé à l'Apple Store de Paris - Opéra le 31 mars à 20h30. Les 50 premières personnes qui enverront un mail à jeuconcours@20minutes.fr remporteront 2 places pour l’événement iTunes Live.

Newsletter
POP

En fin de journée, faites
le tour de l'actu POP : culture, people, médias

publicité
publicité
publicité
Top 5 des vidéos partagées
publicité
Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr