Manchester, roi du foot business

0 contributions
Publié le 15 mars 2011.

Football Dans le club le plus riche du monde, l'âme est devenue fond de commerce

Sur la Matt Busby Way, trois légendes contemplent ce qu'est devenu Manchester United. Devant l'entrée principale d'Old Trafford, une statue de Dennis Law, George Best et Bobby Charlton, la « Sainte Trinité » mancunienne, fait face à l'immense boutique officielle. C'est un résumé parfait de la politique du club, qui cultive à outrance son histoire, tout en réalisant un chiffre d'affaires qui a culminé pour la saison 2009-2010 à 327 millions d'euros. Son histoire, Manchester en a fait son meilleur argument publicitaire. Tous les jours, autour du stade, des tour-operators proposent des visites guidées à des touristes venus de toute l'Asie. Le clou de la visite, évidemment payante, est le « Munich Tunnel ». Sous la tribune sud, c'est un long et froid corridor à la mémoire des joueurs ayant péri lors du crash d'un avion en Bavière en février 1958. La mémoire est devenue un fond de commerce, sans le moindre scrupule. « Avant la tragédie de Munich, le club appartenait à Manchester, mais après ça, Manchester United a capté l'imagination du monde entier », proclame une plaque commémorative.

« Love United, Hate Glazer »
C'est devant celle-ci qu'on retrouve Alexander, la vingtaine boutonneuse. Venu tout droit de Norvège, il se proclame fan de toujours des Red Devils. Sans avoir jamais vu un match à Old Trafford. Ce sera pour ce soir, contre l'OM. « Supporter ce club, c'est un peu “mainstream”, c'est vrai. La plupart des fans ne vont jamais aux matchs. Mais ils achètent les maillots », assure-t-il, avec sous le bras, ses emplettes du jour : un maillot (110 €) et une écharpe (12 €). Il représente le gros de l'armée des fans du club. Celle que le marketing mancunien entretient d'une main de maître depuis 2005 et l'arrivée aux commandes de la famille Glazer.
Sur les feux rouges qui peuplent les voies d'accès au stade, les autocollants « Love United, Hate Glazer » sont encore nombreux, comme les écharpes vertes et jaunes, couleurs d'origine du club. Fin février, l'actionnaire majoritaire américain a démenti les rumeurs de vente. « Manchester United n'est pas à vendre ». Ou alors par petits bouts, et à la boutique officielle.

de notre envoyé spécial à manchester, antoine maes
alex Ferguson sort les griffes

A l'approche du match, le technicien écossais s'est agacé lorsqu'on lui a fait remarqué que son équipe n'avait rien fait pour ramener les trois points de Marseille : « Moi je pensais que c'était l'OM qui était content d'avoir joué le 0-0…» Fidèle à ses habitudes, l'emblématique entraîneur mancunien ne s'est pas attardé en conférence de presse. Tout juste s'est-il réjoui du retour des blessés (Nani, Carrick, Vidic) et de la victoire contre Arsenal. Il a aussi chambré Deschamps : « Je crois qu'il va jouer le contre. »

Mots-clés
Newsletter
SPORT

En fin de matinée retrouvez toutes les infos indispensables du sport

publicité
publicité
Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr