Revivez la journée de mobilisation du mardi 19 octobre en live

876 contributions
Publié le 19 octobre 2010.

SOCIAL - Il y a eu des violences à Nanterre et Lyon...

Ce live est désormais terminé. Retrouvez la synthèse de la journée ici

20h26: Pour Benoît Hamon, il y a à présent «contagion»
Il précise que «le mouvement fait tache d'huile».

20h18: Environ 200 jeunes ont mis à sac mardi une station-service Total à Massy, dans l'Essonne
Des dégradations et des vols ont été commis dans des magasins d'un centre commercial de Saint-Michel-sur-Orge, tandis qu'aux Ulis, un bus a été brûlé et quatre autres endommagés.

20h17: L'UNL, la Fidl et l'Unef appellent à une journée nationale d'actions jeudi

20h13: Les deux principaux terminaux méthaniers français de Fos-Tonkin (Bouches-du-Rhône) et Montoir-de-Bretagne (Loire-Atlantique) sont à l'arrêt

20h11: Jean-Claude Mailly (FO) affirme que «ce n'est pas parce que le Parlement a voté la loi qu'on va l'accepter»

19h55: Dix-huit personnes ont été interpellées mardi à Saint-Nazaire après des heurts
Les manifestants, qui jetaient des projectiles en direction des forces de l'ordre, ont été repoussés des abords de la sous-préfecture par des gaz lacrymogènes et plusieurs charges des policiers. Les troubles ont duré près de deux heures.

19h51: Pour Ségolène Royal, «les jeunes n'ont pas toujours raison, mais ceux qui ne les écoutent pas ont toujours tort»

19h38: 74 interpellations à Lyon
Selon la préfecture du Rhône, 74 personnes ont été interpellées ce mardi à Lyon, dont «47 scolarisées en lycées ou collèges». La police a dénombré «1.300 casseurs actifs», âgés de 17 à 20 ans, qui ont joué au chat et à la souris dans les rues de Lyon toute la journée, retournant 21 véhicules, en incendiant 6 et pillant 9 magasins.

La police a tiré 190 grenades lacrymogènes et fait appel au GIPN pour contrer les pilleurs. «On a fait face à des groupes multiples et très mobiles, c’était un phénomène de guérilla urbaine», indique Albert Doutre, directeur départemental de la sécurité publique du Rhône. La préfecture va renforcer demain les effectifs de police, qui passeront de 4 à 7 unités mobiles de 80 hommes.

19h33: Une quarantaine de militants de la CGT, de la FSU et de Sud bloquent l'entrée du dépôt pétrolier de la Côte d'Azur, à Puget-sur-Argens dans le Var

19h24: Gérard Depardieu bloqué dans la manifestation
L'acteur circulait mardi en sccoter près des Invalides. Il a été gentiment chahuté par certains, conspué par d'autres. L'acteur, chevauchant un puissant scooter, s'est retrouvé entouré d'une trentaine de militants CGT au coin du boulevard des Invalides (VIIe arrondissement) et de l'avenue de Tourville, où aboutissaient les cortèges.

L'acteur français, en promotion pour le film Potiche de François Ozon dans lequel il joue le rôle d'un maire communiste, a déclaré dimanche aux Emirats arabes unis que le mouvement social était «ridicule», parlant d'une «manipulation des syndicats».

19h23: A Chambéry, des débordements ont eu lieu toute la journée, selon le Dauphiné Libéré
Le journal parle de 3 arrestations et de plusieurs blessés.

19h19: La chambre de commerce et d'industrie de Caen craint un «arrêt complet» de l'activité de la région sous 48h

18h13: Pour la CFDT, les manifestations sont «équivalentes» au 12 octobre, avec près de 3,5 millions de manifestants

18h10: 12,76% de grévistes chez les fonctionnaires d'Etat

18h03: Le nombre d’interpellations a encore augmenté depuis le dernier point de la préfecture du Rhône à 15h30. Elle fait état de 69 interpellations. 

18h02: La Poste: 11,37% de grévistes mardi selon la direction, 25% selon les syndicats, en baisse

17h53: Un quart des vols seront annulés mercredi en début de matinée à l'aéroport d'Orly
soit une trentaine de vols, en raison d'une journée de grève dans les aéroports à l'appel de la CGT transports pour les retraites, a indiqué mardi la Direction générale de l'aviation civile (DGAC).

17h48: Les distributeurs de carburant vont «mutualiser les stocks de réserve» et «mettre en oeuvre de nouveaux moyens de transports» pour alimenter les stations-service et «normaliser la situation dans les jours qui viennent», a annoncé le président de Union française des industries pétrolières (UFIP), à l'issue d'une réunion à Matignon.

17h43: A Paris, les forces de l'ordre bloquent le pont Alexandre III
Une quinzaine de bus sont là. Quelques manifestants regardent, se moquent un peu d'eux, mais l'ambiance est «bon enfant», selon un journaliste de 20minutes.fr, sur place.

17h40: 1.100.000 manifestants en France, contre 1.230.000 le 12/10, selon le ministère de l'Intérieur

17h36: La manifestation est en train de se terminer dans le calme à Nantes
Environ 28 000 personnes étaient présentes selon la police, 95 000 selon la CGT. La mobilisation est donc supérieure à celle de samedi mais apparaît en légère baisse par rapport au 12 octobre. A noter la présence d’un grand nombre de lycéens. Aucun incident particulier n’a été à déplorer pour l’instant.

17h34: Tout est calme place des Invalides, où les premiers manifestants sont déjà arrivés depuis un petit moment
La police est présente sur place, en nombre.

17h04: 3,5 millions de manifestants en France, comme le 12 octobre, selon la CGT

16h54: Le dépôt pétrolier de Bassens, en Gironde, a été débloqué par les CRS

16h48: L'université de Lyon-II fermée jusqu'à nouvel ordre
La présidence de Lyon-II reconduit la fermeture de l’université et l’arrêt des cours «jusqu’à nouvel ordre». «Compte tenu des événements graves qui se sont déroulés à Lyon aujourd'hui (mardi) du fait de groupes de casseurs et non de personnes participant à la manifestation, la présidence considère que les conditions ne sont pas réunies pour permettre la réouverture de l'université Lumière Lyon 2 dans des conditions normales de sécurité.»

16h45: 67.000 personnes à Paris, selon le chiffre définitif donné par la préfecture de police
Un chiffre en baisse par rapport aux 89.000 manifestants comptés le 12 octobre.
Contre 330.000 pour la CGT.

16h38: Le cortège parisien avance plus vite
Certains lycéens et étudiants, originaires de banlieue, sont partis, pour pouvoir rentrer chez eux sans trop de problèmes.

16h18: Les joueurs du Benfica, qui doivent jouer mercredi soir contre l’Olympique Lyonnais en Ligue des Champions, ont déjà une heure de retard
C'est ce qu'indique le quotidien portuguais A Bola, en raison de la grève dans l’aviation civile. Le quotidien a d’ailleurs fait sa une sur les incidents à Lyon en titrant «Benfica dans la révolution française».

16h16: 56 interpellations à Lyon
Selon la préfecture du Rhône, les forces de l’ordre ont procédé à 56 interpellations lors d’incidents ce mardi à Lyon, contre 28 lundi. A 15h30, six voitures ont été incendiées, une trentaine de véhicules ont été renversés et cinq à six magasins ont été pillés, selon le bilan officiel. «Ces exactions sont le fait de petits groupes de casseurs très mobiles, agissant indépendamment de la journée nationale d’actions, souligne la préfecture. Les individus interpellés au cours des derniers jours sont pour la plupart mineurs (lycéens et collégiens). Par ailleurs, quatre policiers et un manifestant ont été légèrement blessés.

Selon un de nos journalistes sur place, un fourgon GIPN circule dans le centre-ville de Lyon, un hélicoptère survole la zone. De nombreux gaz lacrymogènes ont de nouveau été lancés place Bellecour (2e), après le départ des derniers manifestants vers 14h.

16h08: A Saint-Nazaire, toujours selon Ouest-France, il y a 15.000 manifestants.

16h05: Entre 11.000 et 20.000 personnes à Brest
D'après Ouest-France, il y a eu 11.000 manifestants à Brest, chiffre de la préfecture, quand les syndicats en comptent entre 18.000 et 20.000. La rédaction du quotidien en a compté 15.000.

16h02:  A Angers, il y a eu entre 14.000 et 15.600 manifestants, selon le décompte de Ouest-France.

16h01: 20 dépôts pétroliers sur 219, selon Borloo
Le ministre de l'Ecologie et de l'Energie, Jean-Louis Borloo, a indiqué mardi à l'Assemblée nationale qu'une «vingtaine» de dépôts pétroliers étaient bloqués «sur 219» en France, en raison des grèves et manifestations contre la réforme des retraites.

16h00: La permanence de l'UMP à Saint-Brieuc a été vandalisée en marge de la manifestation contre la réforme des retraites qui a mobilisé 14.000 personnes dans les rues de la ville, rapporte le site internet de Ouest-France.

15h55: Le Jura s'est mobilisé
Dans le département, trois manifestations se sont tenue à Champagnole, Dole et Saint-Claude, pour un total de 5.400 à 10.000 manifestants, rapporte leprogres.fr

15h53: Il y a eu 9.000 manifestants au Puy-en-Velay, annonce leprogres.fr

15h52: Le ministre de l'Ecologie et de l'Energie, Jean-Louis Borloo, a annoncé mardi qu'un «peu moins de 4.000 stations-service» étaient «en attente d'approvisionnement» sur 12.500 en France, sans préciser si ces stations étaient déjà en pénurie ou menacées de l'être.

15h50: Il y a 330.000 manifestants à Paris, comme le 12 octobre, annonce la CGT. La police en dénombre 60.000 contre 65.000 le 12 octobre.

15h35: D'après la police, il y a 60.000 manifestants à Paris, contre 65.000 lors de la précédente journée de mobilisation du 12 octobre.

15h25: D'après Ouest-France, il y avait 3.000 manifestants à Caen.

15h15: «La situation se dégrade. Un peu partout des incidents se produisent. Je condamne ces débordements et en appelle au calme, écrit Gérard Collomb sur sont twitter.

15h12: Fillon et la «négation de la démocratie»
A l’Assemblée, lors des questions au gouvernement, François Fillon a confirmé que «le gouvernement continuerait à développer les dépôts bloqués par les manifestants». Donc, il y aura des «plans d’acheminement de carburant» pour les stations-service. Les blocages et la violences sont «une négation de la démocratie», a-t-il ajouté.  «Personne ne prend en otage un pays tout entier», a-t-il concllu.  


15h05: Dans le cortège de la manifestation, Ségolène Royal a estimé que les Français méritaient mieux que «les inégalités» et la «brutalité» du gouvernement, les Français méritent «la paix sociale» et la justice»   

15h: Les étudiants de l'université Toulouse-Le Mirail ont voté en AG le blocage.

14h56: A Paris, ambiance festive dans le cortège lycée, bien encadré
D’après un de nos journalistes, l’ambiance est assez festive dans le cortège des lycéens, à Paris, au début de la manifestation. Une ou deux bousculades sont à déplorer. Pour éviter tout débordement, le cortège est très encadré avec un service d’ordre mixte de l’UNL et de l’Unef, appuyé par des membres du service d’ordre de la FSU, surtout au début. La fin du cortège, long de 250 mètres, n'est pas ou peu encadré.

14h49: Mobilisation record à Rennes
D'après la CFDT, il y a 50.000 manifestants dans les rues de Rennes, un record, alors que la police en compte 26.000.

14h40: A Laval, 6.000 personnes manifestent
Quelque 6.000 personnes, selon la police, 9.000 selon les syndicats, ont défilé dans les rues de Laval, rapporte Ouest-France.fr.

14h35: Affrontements à Lorient, 4 policiers blessés
Le site de Ouest-France rapporte que de violents affrontements se sont déroulés à Lorient, vers 13h, entre des forces de l'ordre et des manifestants. Quatre policiers ont été blessé et deux personnes ont été interpellés. Quelque 3.000 personnes ont manifesté.

14h30: A Marseille, la manif est terminée
Les derniers manifestants se dispersent à Marseille, rapporte Laprovence.fr.

14h27: A Marseille, il y a 240.000 manifestants selon les syndicats et 23.000 pour la police.

14h13: Des milliers de manifestants dans le Nord
A Valenciennes, 7.000 manifestants dont 1.000 lycéens, selon la police. A Douai, 3.000 manifestants dont 500 lycéens, à Maubeuge, 1.300 manifestants dont 300 lycéens. A Cambrai, 1.300 manifestants dont 500 lycéens, à Armentières, 500 manifestants. La séance du Conseil économique et social régional, qui devait se tenir à Liévin (près de Lens), a été annulée à cause des soucis de transport.

14h03: Ségolène Royal, qui avait séché la manifestation de samedi, est  bien dans le cortège parisien. La preuve en photo ici. Elle doit défiler aux côtés de Martine Aubry.

14h00: La CFE-CGC, le syndicat des cadres, se prononce pour «une pause» des actions après des «dérapages». Bernard van Craeynest, le président du syndicat, estime qu'«il faudra sans doute marquer une pause pour réorienter (les) actions».

13h58: La manifestation contre la réforme des retraites vient de s'élancer à Paris.

13h50: 1.158 «casseurs» interpellés en une semaine
Un total de 1.158 «casseurs» ont été interpellés depuis une semaine en marge des manifestations en France contre la réforme des retraites, dont 163 personnes mardi à la mi-journée, a annoncé le ministère de l'Intérieur.

13h48: Thibault appelle le gouvernement à négocier
Avant le départ de la manifestation parisienne, Bernard Thibault, secrétaire général de la CGT, a appelé le gouvernement à «entendre l'ampleur de cette protestation» contre la réforme des retraites et à accepter «des négociations avec les syndicats».

13h45: Record de manifestants à Bordeaux
Environ 140.000 personnes, un record de participation depuis le début du mouvement, ont manifesté à Bordeaux, selon les syndicats. Ils sont 34.000 pour la police.

13h42: Copé espère un vote définitif mardi 26 ou mercredi 27
Jean-François Copé a dit espérer un vote définitif de la réforme des retraites par le Parlement «mardi (26) ou mercredi (27) ou en tout cas en milieu de semaine prochaine», après le vote du Sénat cette semaine et la réunion de la commission mixte paritaire Assemblée-Sénat «en début de semaine prochaine».

13h40: La FSU veut une «nouvelle mobilisation nationale»
La secrétaire générale de la FSU, Bernadette Groison, constatant que «la contestation s'amplifie» et  envisage une «nouvelle mobilisation nationale» contre la réforme des retraites qui, une fois votée au Sénat, «restera injuste», a-t-elle déclaré mardi au départ de la manifestation parisienne.

13h33: Les parcours des deux manifestations parisiennes:


Afficher Parcours de la manifestation du 19 octobre sur une carte plus grande

13h24: François Chérèque, le leader de la CFDT, «lance un appel au calme» et «à ne pas céder aux provocations», qu'elles viennent «de groupes de provocateurs ou de la police».

13h21: «Un tiers des départements» a des difficultés d'approvisionnement, a affirmé François Fillon aux députés UMP. Selon le Premier ministre, il faudra «4 à 5 jours avant que la situation redevienne normale». Il annonce la mise en place d'«un plan d'acheminement des carburants»

François Fillon estime par ailleurs que
«le mouvement commence à s'essouffler mais se radicalise».

13h17: Le cortège parisien qui doit partir à 13h30 de la place d'Italie devrait avoir du retard. Le premier parcours sera conduit par les syndicats suivants: FSU - Jeunes- CFTC - CGT  et il prendra l'itinéraire boulevard gobelins, boulevard Port-Royal, boulevard Montparnasse, boulevard Invalides, Invalides.

Le second parcours sera conduit par les syndicats suivants: CFE/CGC - CFDT - Solidaires - UNSA - FO et s'orientera boulevard Blanqui, place Denfert-Rochereau, boulevard St Jacques, boulevard Pasteur, place de Catalogne, avenue de Breteuil, place Vauban, Esplanade des Invalides.

13h16: La journée de mobilisation contre la réforme des retraites est également suivie en direct par le site du Guardian. Ça se passe ici

13h04: Bilan des dégâts à Lyon
Le centre de Lyon a été le théâtre de violences, mardi, en marge de la journée de mobilisation contre la réforme des retraites. «Trente véhicules ont été retournés» et au moins cinq incendiées, selon la préfecture du Rhône. Un policier a été blessé à la rotule par un jet de pierre, ainsi qu'un photographe de presse par un jet de bouteille au visage. Un manifestant a également été légèrement blessé, selon un premier bilan. Treize personnes ont été interpellées, a indiqué à la mi-journée la préfecture du Rhône relevant des «jets de projectile», des «feux de poubelles» .

13h00: Le ministère de l'Intérieur annonce qu'il y a 480.000 manifestants en France à la mi-journée, à peine moins que le lors de la précédente journée de mobilisation du 12 octobre où il y avait eu 500.000 manifestants recensés par le ministère.

12h21: 45.000 manifestants à Lyon d'après les syndicats
Les syndicats annoncent 45.000 manifestants à Lyon, le même chiffre que mardi 12 octobre, selon une de nos journalistes. La police en compte 18.000, contre 18.500 le  mardi 12 octobre.

12h50: Des magasins pillés à Lyon
La situation est toujours très tendue à Lyon où au moins deux magasins ont été pillés, rue Victor Hugo (2e), par des casseurs qui se sont mêlés aux manifestations lycéennes. Il s’agit d’une bijouterie et d’un magasin de vêtements. Un restaurant a également été saccagé place Bellecour, où le cortège intersyndicale contre la réforme des retraites commence à arriver.

12h49: Une réunion sur «la distribution du carburant» se tiendra à 16h à Matignon.

12h48: La direction de France Télécom annonce qu’il y a 15,01% de grévistes dans le groupe, un chiffre en baisse.

12h46: Baisse du nombre de grévistes dans la Fonction publique
Quelque 11,57% des fonctionnaires d'Etat étaient en grève mardi à la mi-journée, en baisse par rapport au 12 octobre (19,20%). Le taux étant aussi en baisse pour les agents territoriaux (10,8% contre 15,13%) et hospitaliers (11,67% contre 15,16%), selon le ministère de la Fonction publique.

12h45: Le lycée de Tourcoing fermé «pour des raisons de sécurité»
Le lycée Gambetta de Tourcoing a été fermé mardi «pour des raisons de sécurité» en raison de la journée de mobilisation contre les retraites, a annoncé le proviseur de l'établissement. «Aujourd'hui, c'est une journée nationale de grève avec un service plus limité. Je n'étais pas certain de pouvoir garantir la sécurité à l'intérieur de l'établissement», a indiqué Claude Bauduin, proviseur de ce lycée qui accueille habituellement 960 élèves.

12h40: La direction de la RATP a compté mardi 9% de grévistes dans l'entreprise francilienne, un taux en hausse par rapport aux autres jours de grève reconductible pour les retraites,  mais plus faible que celui de la dernière journée d'action du 12 octobre (17% de grévistes).

12h37: Trois policiers blessés en Ile-de-France
D'après nos renseignements, un policier a été blessé à Evry et deux autres à Corbeil-Essonnes, en marge de manifestations de lycéens.

12h35: La direction de la SNCF a compté 30,4% de grévistes dans l'entreprise, la CGT 42,68%, soit une forte hausse par rapport à lundi, de respectivement près de 18 et 14 points.

12h26: Des transporteurs routiers manquent d'essence
Les fédérations des transporteurs routiers mettent en garde contre un risque de pénurie de carburants, certaines entreprises ne pouvant déjà plus travailler et ayant recours à du chômage technique. «Une situation de pénurie de carburant est en train de s'installer», a déclaré Jean-Paul Deneuville, délégué général de la Fédération nationale des transports routiers (FNTR), principale organisation du secteur. Certaines entreprises, qui n'ont pas de cuve de gasoil, «ne peuvent déjà plus transporter» des marchandises, faute de carburant et ce sera pareil pour celles disposant de cuves d'ici demain ou après-demain, a assuré un porte-parole d'OTRE, organisation patronale représentant les TPE et PME du secteur.

12h24: Manif record à Toulouse
La manifestation contre la réforme des retraites à Toulouse a rassemblé mardi 155.000 personnes selon les syndicats, 35.000 pour la préfecture, un nouveau record de mobilisation depuis le début du mouvement selon ces deux sources. D'après une de nos journalistes, les lycéens étaient très mobilisés dans le cortège. Placés en tête du défilé, ils étaient encadrés par le service d’ordre de la CGT et de la CFDT pour éviter les débordements. A noter que les éboueurs du grand Toulouse étaient en grève ce matin et que l’usine d’incinération de Monlong, au sud de Toulouse, était bloqué ce matin.


12h18: La lycéenne hospitalisée va bien
La lycéenne hospitalisée après l'explosion d'un scooter devant un lycée du 15e arrondissement, aurait simplement été bousculée, assure le proviseur du lycée à 20minutes.fr.

12h15: Les salariés «ne doivent pas être privés d’essence» dit Sarkozy
Lors d'un point presse à Deauville, Nicolas Sarkozy est revenu sur la réforme des retraites, qui «a été différée pendant trop longtemps» et qui ne «peut plus être différée». «C’est une question de justice», juge le chef de l’Etat. «Un chef de l’Etat a des devoirs vis-à-vis de l’avenir et des plus jeunes», a-t-il ajouté. «Je comprend les inquiétudes», a-t-il ajouté. «Chacun peut s’exprimer, mais sans violences». Et pour ceux qui veulent travailler, «ils ne doivent pas être privés d’essence», ce n’est pas possible «en démocratie», a insisté Nicolas Sarkozy, précisant qu’il prendraitr des mesures sur le sujet dès son retour à Paris.  Il a donc appelé «à la responsabilité de l'ensemble des acteurs».

12h02: FO appelle à «24 heures de grève public-privé»
Jean-Claude Mailly, secrétaire général de Force ouvrière, a appelé mardi à «24 heures de grève public-privé, de manière coordonnée et unifiée» pour poursuivre la contestation contre le projet de réforme des retraites. Pour cet après-midi, il a également dit s'attendre à une mobilisation «au moins du même niveau que le 12 octobre», qui avait connu une affluence record aux manifestations.

11h52: Les cortèges font le plein dans le Nord-Pas-de-Calais
Franc succès pour les cortèges locaux contre la réforme des retraites ce matin en Nord-Pas-de-Calais, notamment à Valenciennes où de nombreux lycéens renforcent la manifestation, mais aussi à Boulogne ou Cambrai. A Lille, où le cortège doit s’élancer à 14h30, les accès à l’autoroute sont bloqués au sud-est de l’agglo, suite à une action des routiers sur une plateforme logistique à Lesquin. Quelques heurts ont de nouveau été observés entre lycéens et forces de l’ordre aux abords d’un lycée de Lille-Sud, mais rien de comparable avec la veille.

11h50: Le Medef «inquiet»
Le Medef «inquiet» des blocages causés par les grèves, a souligné mardi sa présidente, Laurence Parisot, appelant à l'apaisement «au plus vite» de la situation, qui pourrait dans le cas contraire, devenir «catastrophique» pour certaines petites entreprises.

11h47: La CGT veut une journée d'action mercredi dans les aéroports
La fédération CGT des transports veut mobiliser les salariés des aéroports partout en France mercredi pour une journée de grève contre la réforme des retraites, a-t-elle indiqué mardi dans un communiqué. «Les salariés des Aéroports de Paris et de province ont décidé d’une action de mobilisation et de grève, conjointe, interprofessionnelle et unitaire, mercredi», indique la fédération.

11h45: Entre 6 et 10 facs bloquées
Entre six et dix des 83 universités du pays étaient bloquées mardi matin, ainsi que certaines fermées administrativement, a-t-on appris auprès du ministère de l'Enseignement supérieur et de l'Unef, première organisation étudiante. Le ministère faisait état dans la matinée de quatre universités entièrement bloquées (Bordeaux-3, Paris-8, Pau et Rennes-2) et de deux partiellement (Caen et Tours), Lyon-2 étant fermée administrativement par la direction. L'Unef ajoutait à cette liste les universités de Saint-Etienne, fermée administrativement, et annonce que Clermont-2, Le Havre et Montpellier-3, sont fermées.

11h43: 1.000 stations-service Total touchées par la pénurie
Environ 1.000 stations-service du groupe Total sont en rupture d'un ou de plusieurs carburants, soit près d'un quart des 4.300 stations que compte le réseau de la compagnie pétrolière, a annoncé mardi une porte-parole.

11h40: Stop la grève manifeste devant le PS...
Le collectif Stop la grève manifeste mardi matin devant le siège du Parti socialiste, à Paris. Une manifestation pour le moins clairsemée. La preuve en image, ici.

11h35: 9 interpellations à Lyon
Neuf personnes ont été interpellées à Lyon, indique la préfecture du Rhône confirmant «des dégradations de véhicules et de mobiliers urbains et des voitures retournées».

11h24: La place de la République réouverte à la circulation
Des gendarmes mobiles ont délogé les 200 à 300 lycéens qui bloquaient depuis le début de la matinée la place de la République à Paris. Les gendarmes mobiles, encadrés par une dizaine de fourgons, ont chargé en fin de matinée les manifestants pour dégager cette place au coeur de la capitale. Il n'y a pas eu d'incident.

11h20: Des jeunes sous surveillance à Paris
Pour prévenir les risques de violence à la manif parisienne, les jeunes seront sous bonne surveillance: placés en deuxième position dans le cortège, juste derrière la FSU. Le cortège CGT les suivra. «Nous serons plusieurs centaines pour assurer la sécurité », assure Pascal Joly, du service d’ordre CGT, à 20minutes.fr. Comme les débordements surviennent souvent en fin de manif, « le mot d’ordre est d’évacuer rapidement une fois arrivés aux Invalides. On a d’ailleurs choisi une place qui permette de vite se disperser sans problèmes. »

11h18: Situation «difficile» pour l'essence
L'approvisionnement en carburants restait «difficile» mardi dans les grandes surfaces, qui comptaient toujours plus d'un millier de stations-service fermées, a indiqué Alexandre de Benoist, délégué général de l'Union des importateurs indépendants pétroliers (UIP). «La situation reste difficile mais elle ne s'est pas aggravée non plus», a expliqué Alexandre de Benoist. «Le nombre de stations fermées dépasse le millier» pour la grande distribution, a-t-il ajouté. «L'intensité des ventes s'est un peu ralentie» alors qu'elles étaient en «hausse de 300% à 500% ce week-end», a par ailleurs noté le représentant patronal.

11h15: 30% de vols annulés à Nantes
Plus de 30% des vols desservant l'aéroport de Nantes devraientt être annulés mardi du fait de la journée de grève contre la réforme, selon la direction de l’aéroport. La direction incitait vivement les passagers ayant des billets sur des vols au départ de Nantes à se renseigner avant d'aller à l'aéroport.

11h13: Le dépôt pétrolier de Bassens bloqué
Quelque 80 manifestants bloquent mardi matin le dépôt pétrolier d'Ambès à Bassens (Gironde), selon de source syndicale. Le blocage «ne sera pas levé pour la manifestation» prévue à 11 heures à Bordeaux mais «sera maintenu jusqu'au bout», a indiqué Jérôme Juste, secrétaire général de la fédération FO Transports de la Gironde, qui s'exprimait pour le compte de l'intersyndicale CGT-FO-Sud-FSU et CNT. «Après la manifestation, nous appelons les gens à nous rejoindre» et à converger vers le dépôt pour «renforcer» le blocus, a-t-il ajouté. A 10H30, environ une trentaine de camions citernes stationnaient à l'entrée du dépôt, a-t-il estimé.

11h10: Le tribunal de commerce de Nanterre endommagé
Le tribunal de commerce de Nanterre, qui abrite aussi le tribunal des prud'hommes, a été endommagé mardi matin par une quarantaine de casseurs, selon le préfet des Hauts-de-Seine, Patrick Strzoda. Selon le préfet, les vitres du rez-de-chaussée du côté du parc qui borde l'avenue Picasso ont été brisées. Les violences se poursuivaient vers 10H30 et se situaient désormais sur l'avenue Pablo Picasso menant à la cité du même nom. Ils lançaient notamment des grenades lacrymogènes, endommageant sur leur passage mobilier urbain et incendiant deux véhicules, devant des habitants médusés. Trois jeunes hommes ont été interpellés et un enseignant du lycée Louis-Blériot de Suresnes a été légèrement blessé à la main par un projectile, a précisé le préfet.

11h05: 13,95% d'enseignants grévistes
Les enseignants étaient 13,95% à faire grève mardi à l'occasion de la journée de mobilisation contre la réforme des retraites, dont 14,14% en primaire et 13,79% dans le secondaire, selon le ministère de l'Education nationale, soit moins que lors des précédentes journées. Selon le SNUipp-FSU, principal syndicat du primaire, le nombre d'enseignants grévistes dans les écoles (maternelles et élémentaires) était de 31%. En comparaison, le ministère précise que le taux de grévistes était de 22,13% le 12 octobre, dont 28,73% en primaire et 19,58% en collèges et lycées.

10h59: Une voiture en feu à Lyon, où la situation est très tendue
Comme lundi, la mobilisation en marge de la réforme des retraites dégénère à Lyon. Des jeunes se sont rassemblés vers 10h à proximité de la mairie, dans l'une des artères les plus commerçantes et ont commencé à casser du mobilier urbain, comme des abribus, selon l'une de nos journalistes. Des voitures ont été renversées et l'une d'entre elle a été incendiée. La plupart des commerçants ont baissé leur rideau. La manifestation, qui devait débuter à l'autre extrêmité de Lyon, n'a du coup pas commencé.
A voir:

10h58: Une jeune fille  de 15 ans a été hospitalisée, blessée par l'explosion d'un scooter après un feu de poubelle devant un groupe scolaire du 15e arrondissement, selon la mairie.

10h55: A La Poste, 10,23% de grévistes
Quelque 10,23% des postiers étaient en grève contre la réforme des retraites mardi à 10H00, selon la direction, 25% selon le syndicat Sud-PTT, des chiffres en baisse par rapport à la précédente journée de grève le 12 octobre (16,53% selon la direction, et plus de 30% selon Sud).

10h50: A Lyon, l'ambiance est tendue
La preuve en image:

10h45: Le maire de Lyon écourte son voyage en Asie
En raison des nombreux incidents qui se sont produit depuis jeudi dans sa ville, le maire de Lyon Gérard Collomb (PS) a décidé d’écourter son séjour au Japon et en Chine, où il devait rencontrer des entreprises asiatiques. Il doit rentrer ce mardi, a précisé son entourage à 20minutes.fr. Gérard Collomb avait décollé samedi pour Tokyo. Il devait rester une semaine en Asie.

10h43: Fabius veut du dialogue face aux «risques de débordements»
Laurent Fabius a lancé mardi un appel à Nicolas Sarkozy pour qu'il rouvre le dialogue avec les syndicats face aux «risques de débordements». «Tout ce qui se passe, dans les entreprises, dans les rues, aux pompes à essence, tous les blocages actuels peuvent être arrêtés par la décision d'une seule personne, M. le président de la République, s'il accepte de discuter avec les organisations syndicales», a assuré l’ancien Premier ministre sur France 2.

10h40: Un passage à niveau bloqué dans le Pas-de-Calais
Des manifestants ont bloqué mardi matin pendant deux heures les passages à niveau menant à l'usine du groupe Roquette, un des leaders mondiaux de la transformation de l'amidon, à Lestrem (Pas-de-Calais), a-t-on appris auprès des syndicats et de la direction. Les salariés grévistes de Roquette, majoritairement CFDT, et les cheminots CGT ont décidé de lever les barrages pour préparer leur participation à la manifestation unitaire à Lille, prévue à 14H30.

10h37: Des voitures renversées à Lyon
Des centaines de lycéens ont envahi la rue de la République, alors que la manif commence a l'autre bout de la ville. des affrontements ont lieu avec les forces de l'ordre. Deux voitures ont été renversées, certains commerces ont baissé leur rideau.

10h19: 1.200 lycées perturbés pour la Fidl
L'Union nationale lycéenne (UNL), première organisation, n'avait pas encore diffusé d'estimation mardi matin mais la Fédération indépendante et démocratique lycéenne (Fidl), deuxième organisation, évoquait 1.200 lycées «engagés» dans la journée de mardi dont 850 connaissant «blocage ou barrage». Le ministère de l’Education en recense 379.

10h17: Le dépôt pétrolier de Grand-Quevilly débloqué
Le dépôt pétrolier Rubis, situé sur la zone industrielle de Grand-Quevilly, près de Rouen (Seine-maritime), a été débloqué mardi matin après 24 heures de blocage, a-t-on appris de sources policière et syndicale. Rubis avait déjà été débloqué samedi matin avant l'aube, après avoir été bloqué depuis la veille. Le site avait été rebloqué lundi matin à 05h00 avant d'être à nouveau débloqué dans le calme mardi vers 04h00.

10h16: Des incidents commencent à éclater à Lyon
Place des Jacobins (2e) un groupe de casseurs a renversé un container à verre et récupéré les bouteilles pour les jeter en direction des passants. Rue Gasparin, toujours dans le 2e arrondissement, sept voitures ont eu le pare-brise cassé. Sur le cours Gambetta, entre les stations de métro Saxe-Gambetta et Garibaldi, des centaines de jeunes tentent de retourner les voitures garées. Les forces de l’ordre leur barrent le passage en direction du centre-ville.

10h14: «Fermeture administrative» de Lyon-II
La présidence de l’université Lyon-II a décidé lundi soir la «fermeture administrative de l’établissement jusqu'à nouvel ordre». Dans la journée, des étudiants en AG avaient décidé de bloquer l’université dès ce mardi matin. Ce que déplore l'équipe présidentielle. Elle «considère que les actions de blocage des campus sont inacceptables et de nature à créer des situations de tension très fortes au sein de la communauté universitaire» et assure que la «sécurité des personnes et des biens n'est plus garantie» en raison des différentes actions de blocage déjà survenues depuis vendredi.

10h11: A l'aéroport de Lyon, 31% d'annulation
La direction de l’aéroport Lyon-Saint-Exupéry indique que 122 vols sont annulés ce mardi (60 départs et 62 Arrivées). Ces annulations représentent 31% du trafic total de la journée. L’aéroport signale que les perturbations «pourraient durer jusqu’au mercredi 20 octobre inclus», en raison notamment de la grève de la Direction générale de l’aviation civile.

10h10: Un mardi «probablement historique» pour Besancenot
Pour Olivier Besancenot, ce mardi sera «probablement historique», avec un camp de la mobilisation «en train de s'élargir» tandis qu'à droite «c'est plutôt le bordel». Le projet de réforme, «bien sûr qu'on va lui faire retirer (au gouvernement), par le pouvoir de la rue», a-t-il assuré sur BFM-TV.«L'histoire sociale de notre pays est là pour rappeler que ce que le Parlement ou le Sénat peuvent voter, la rue peut le défaire», a-t-il ajouté, rappelant le retrait du CPE en 2006 sous la pression de la mobilisation étudiante.

10h05: Le lycée Condorcet, dans le 9e arrondissement, est bloqué. Les étudiants sont rassemblés devant leur établissement. En conséquence, la circulation aux abords de la gare Saint-Lazare est compliquée. A voir en photo grâce à Twitter, ici.

10h03: 379 lycées sont perturbés selon le ministère de l'Education.  Il s'agit d'un  record depuis le début du mouvement

9h57: Opération escargot sur l'A7
Des routiers ont mené mardi matin à l'appel de la CFDT une brève opération escargot sur l'A7, perturbant avec leurs voitures le trafic entre les Pennes-Mirabeau (Bouches-du-Rhône) et Marseille. L'opération a duré un peu plus d'une heure, selon le syndicaliste Jean-Luc Panayotis, précisant que «20 à 30 voitures»s avaient été mobilisées.

9h55: Une voiture brûlée à Nanterre
Quelque 200 jeunes encagoulés sont arrivés vers 09h30 devant le lycée Joliot-Curie de Nanterre et ont incendié une voiture, selon une journaliste de l’AFP.  Certains ont incendié une voiture, selon la journaliste. Les CRS sont présents sur place et la cible de projectiles. Edouard Rosselet, inspecteur d’académie des Hauts-de-Seine, a dénoncé des «casseurs» qui «provoquent la police qui a pris position autour de l’établissement». Par ailleurs, il a indiqué que les lycéens de Joliot-Curie sont réunis en assemblée générale à la mairie.   

9h52: Le blocage de l'aérport de Bordeaux-Mérignac a été levé. Tous les accès ont été rétablis à 8h15, selon un communiqué de l'aéroport.

9h50: L'université François-Rabelais à Tours bloquée
Les étudiants d'un site de l'université François-Rabelais à Tours ont voté le blocage du site des Tanneurs pour la journée de mardi, afin de permettre aux étudiants de participer à la manifestation contre la réforme des retraites,  selon l'Unef. Plus de 500 étudiants du site des Tanneurs (lettres, langues, sciences humaines), réunis en assemblée générale lundi, ont voté majoritairement le blocage de l'université pour la journée de mardi, a expliqué Lolita Hubert, présidente de l'Unef à Tours.

9h45: Grandpuits bloqué mais les grévistes réquisitionnés
Les accès à la raffinerie Total de Grandpuits (Seine-et-Marne) sont toujours bloqués mardi matin par un barrage, mais les grévistes réquisitionnés ont repris le travail pour fournir en carburants les services publics de santé et de sécurité, selon la CGT. «La quinzaine de salariés réquisitionnés a repris le travail vers 08 heures» mais «cela ne concerne que l'approvisionnement pour les services publics de santé et de sécurité», a expliqué Franck Manchon, délégué CGT. «Il est hors de question de lever le barrage pour alimenter les stations-service de Total dans un but lucratif», a-t-il martelé

9h44: Essence réquisitionnée dans le Calvados
La préfecture du Calvados a réquisitionné 12 stations services du département pour «les services à caractère prioritaire, les secours et les urgences», a indiqué mardi un porte-parole, alors que le blocage d'un dépôt de carburant à Caen venait d'être étendu.Médecins et infirmiers devront présenter leur carte professionnelle, a précisé la préfecture. Ce plan hydrocarbures a été décidé lundi par le préfet.

09h40: Blocage du dépôt pétrolier étendu à Caen
Des manifestants de Caen ont élargi mardi matin le blocage d'un dépôt de carburant entamé lundi matin tôt, à un parc d'une trentaine de camions citernes jouxtant le site. La route menant au dépôt a été en partie dépavée et la route d'accès au parc barrée, notamment avec ces pavés. Conteneurs à poubelles et feu participaient également au barrage.

9h38: Nouveaux affrontements entre jeunes et policiers à Nanterre. Les incidents ont lieu devant le lycée Joliot-Curie, où se sont déjà déroulés des affrontements lundi.

9h30:  La place de la République bloquée
Deux à trois cents lycéens bloquent en partie  la place de la République à Paris, provoquant d'importants embouteillages. Les manifestants - venus du lycée Turgot - ont installé des poubelles et des barrières de chantier en plein milieu de la place, empêchant la circulation des voitures vers la Bastille. A voir ici en photo

9h10: Un centre de transport de la région lilloise bloqué
Le Centre régional de transport (CRT) de Lesquin, importante plate-forme de transport et de logistique de la région lilloise, est bloqué mardi matin. Les manifestants, cheminots et routiers, ont dressé dès 7 heures des barrages filtrants sur les axes et les ronds-points menant au CRT, entre les autoroutes A1 et A23, aux portes sud de Lille. Munis de drapeaux de la CGT, de la CFDT, de Sud ou du NPA, ils ont distribué des tracts aux automobilistes et routiers pris dans les bouchons. La manifestation occasionnent deux kilomètres d'embouteillage sur l'A23 dans le sens Lille-Valenciennes, selon le CRICR.

9h06: MAM promet la «fermeté» face aux «casseurs»
La ministre de la Justice, Michèle Alliot-Marie, a promis mardi la «fermeté» face aux «casseurs» qui s'inflitrent dans les manifestations lycéennes contre la réforme des retraites.

09h: Le lycée Voltaire, à Paris (11e) , est bloqué par les lycéens, pour la journée de mobilisation contre la réforme des retraites.

8h40: Trafic «très chargé» dans l'est de l'Ile-de-France
Circulation compliquée dans l'est francilien, selon un bulletin du Centre national d'information routière (Cnir), qui notait par ailleurs des opérations escargot dans l'est de la France. Les difficultés «principales» se situent sur l'A1, l'A4, l'A6 ou encore la N104 extérieure. L'A86 est également concernée.


8h38: Opération escargot dans l’est de la France
Plusieurs «opérations escargot sont en cours» sur l'A35 (Bas-Rhin) en direction de Strasbourg dans le sens sud-nord et sur l'A31 (Moselle) en direction de Metz dans le sens nord-sud. «Des délais de route supplémentaires sont à prévoir», prévient le Centre national d'information routière (CNIR).

8h24: Le socialiste Cahuzac veut une levée des blocages
Le président PS de la commission des Finances de l'Assemblée nationale, Jérôme Cahuzac, a appelé mardi le gouvernement à négocier avec les syndicats pour lever les blocages de dépôts de carburants par les grévistes opposés à la réforme des retraites. «L'économie n'a pas besoin de ces blocages», a lancé l’élu socialiste sur Canal + quant aux conséquences éventuelles sur l'économie de la pénurie de carburants liée aux blocages de dépôts et à la paralysie des raffineries. «Le pays ne peut pas être bloqué indéfiniment. La chose n'est pas possible», a souligné le député socialiste.

8h12: Les éboueurs de Toulouse en grève
La moitié des 520 éboueurs de la Communauté urbaine de Toulouse (CUT) étaient en grève mardi matin avec l'objectif de durcir le mouvement de contestation de la réforme des retraites, selon les trois syndicats. Guy Mongin, secrétaire CGT, a précisé que les éboueurs en grève n'avaient pas effectué le ramassage des ordures et que les non grévistes n'avaient pas pu vider leurs camions à l'usine d'incinération de Monlong (sud de Toulouse), bloquée par un piquet de grève.Deux des quatre sites étaient entièrement bloqués mardi.

8h05: Deux tiers des vols annulés à Lille
Deux vols sur trois au départ et en provenance de l'aéroport Lille-Lesquin ont été annulés mardi. Au total, une quarantaine de liaisons Ryanair, Chalair et Air France avec Strasbourg, Marseille, Bordeaux, Nantes, Lyon ou encore Toulouse ont été annulées. Restait programmé un aller-retour vers Bordeaux, Toulouse, Marseille, Lyon, Brest et Rennes. Les vols de la compagnie Onur Air en provenance ou à destination d'Izmir (Turquie) ont été reroutés vers Bruxelles.

8h00: Royal et Aubry ensemble dans le cortège parisien
Les deux femmes vont manifester côte à côte à Paris, annonce Le Parisien, dans son édition de mardi.

7h45: L'accès à Bordeaux-Mérignac bloqué
Plusieurs centaines de manifestants bloquent l'accès à l'aéroport de Bordeaux-Mérignac mardi matin.Les manifestants, au nombre de «500», sont arrivés à l'aéroport à 05H30 et se sont ensuite installés sur un rond-point situé devant la plateforme, dont ils bloquent «totalement» l'accès, a indiqué Philippe Poutou, un délégué CGT présent sur place. L'aéroport de Bordeaux-Mérignac a annoncé lundi que plus d'un tiers des vols à l’arrivée et au départ seraient annulés mardi.

7h40: Le collège Gambetta à Paris en passe d'être bloqué
A Paris, une cinquantaine d’élèves se sont rassemblés devant le collège Gambetta, dans le 20e arrondissement de Paris, et ont entassé de grandes poubelles vertes devant la porte de leur collège afin de bloquer leur établissement.

7h30: 50% des vols annulés à Orly, 30% à Roissy
Dans les aéroports, 50% des vols seront annulés à Orly, 30% dans les autres aéroports de la métropole dont Roissy. Air France prévoit d'assurer 100% de ses vols long-courriers, 80% des court et moyen-courriers à Roissy et 50% des vols court et moyen-courriers à Orly. Toutes les prévisions de trafic sont à lire ici

7h28: Trafic conforme à la RATP
Le trafic était conforme aux prévisions à la RATP vers 7h00 mardi, avec un trafic «normal ou quasi normal» sur les réseaux métro, bus et tramway, mais perturbé sur les RER A et B, a annoncé la régie parisienne.
Toutes les prévisions de trafic sont à lire ici

7h25: Trafic conforme à la SNCF
Le trafic sur le réseau SNCF était conforme aux prévisions vers 07h00 mardi, avec plus d'un TGV et d'un Transilien sur 2, a annoncé la compagnie ferroviaire. Un TER sur 2 et 4 Corail de jour sur 10 roulaient, selon cette source, qui ne prévoyait en revanche «aucun train de nuit» pour la nuit de mardi à mercredi. Le trafic Eurostar était normal. Toutes les prévisions de trafic sont à lire ici

7h20: Reprise de la distribution au dépôt de pétrole de Frontignan
La distribution de carburants a repris mardi matin au dépôt de Frontignan, près de Sète (Hérault), après avoir été bloquée lundi par des manifestants contre la réforme des retraites puis en raison d'une grève d'une partie du personnel, a-t-on appris auprès d'un responsable du dépôt. -  «On a recommencé à charger», a-t-on indiqué, sans plus de précisions.

Sixième journée de mobilisation contre la réforme des retraites depuis la rentrée. Le mouvement est monté d’un cran depuis la semaine dernière, avec un début de pénurie d’essence dans les stations-service, des raffineries en grèves, des routiers solidaires ainsi que des lycéens dans les rues. Avec parfois des incidents, notamment en marge des manifestations lycéennes, comme on l’a vu lundi.

Parallèlement, l'examen du texte s’est poursuivit jusqu’au milieu de la nuit au Sénat, avec un vote envisagé plutôt jeudi soir que mercredi comme initialement prévu. Malgré les multiples mouvements lundi, Nicolas Sarkozy a affirmé que cette réforme est «essentielle» et que la France la mettrait «en œuvre».

Approbation des Français

Des mouvements de grève et 266 manifestations sont prévus mardi partout en France. A Paris, le défilé partira à 13H30 de la place d'Italie en direction des Invalides en présence de tous les leaders syndicaux. La précédente journée interprofessionnelle, le 12 octobre, avait connu une mobilisation record, la police comptant 1,23 million de manifestants, les syndicats 3,5 millions.

Cette mobilisation recueille toujours l'approbation de l'opinion publique. Lundi, dans un sondage CSA, 71% des Français exprimaient soutien et sympathie à la journée de mardi.

M.P., O.R.
publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr