Quels nouveaux défis pour Rafael Nadal?

4 contributions
Publié le 14 septembre 2010.

TENNIS - A 24 ans, l'Espagnol a encore quelques objectifs à atteindre...

«Rafa a les capacités de devenir le meilleur joueur de l'histoire». Encore scotché par la trajectoire du taurillon espagnol, lundi soir, Novak Djokovic distille les éloges. Comme Marca qui le déclare «patrimoine mondial de l’humanité» celui qui a subi la loi du numéro 1 mondial en finale de l’US Open n’est pas inquiet pour l’avenir de Rafa. A 24 ans, le Majorquin est le plus jeune joueur de l’histoire à avoir soulevé les quatre Grand Chelem. On pourrait le croire rassasié, en manque de défis pour repartir de l’avant. Ceux qui le côtoient assurent pourtant que dans son esprit, ce risque n’existe pas.

Quand il évoque son sport, l’Espagnol oublie les statistiques et le palmarès. Son obsession est plus diffuse. «Mon objectif dans ma vie a toujours été le même: m'améliorer, être meilleur l'année d'après, même si cela ne veut pas dire que je vais gagner plus d'année en année». Sur l’étagère de sa chambre, à Manacor, il rêve pourtant de poser un dernier trophée. Celui du Masters, le dernier grand titre qui lui manque. «C'est le plus dur à gagner pour moi, car il se joue en salle sur une surface très rapide. C'est un défi pour moi cette année.» Si cela ne lui suffit pas, il peut aussi se focaliser sur les trois Masters 1000 qui lui échappent toujours: Miami, Cincinnati et Paris-Bercy.

En constante adaptation

A plus long terme, le Majorquin pourrait surtout menacer le record de titres de Federer en Grand Chelem (16). Rafa n’a jamais apprécié la comparaison, mais au même âge (24 ans), ses temps de passages sont bien meilleurs que ceux du Suisse. «Je suis encore loin de lui, Roger compte beaucoup plus de titres que moi. Essayer de savoir si je suis meilleur ou moins bon que lui, c'est stupide. Il a plus de titres donc il est meilleur. C'est la vérité du moment et je pense que ça sera toujours le cas.»

Pour rivaliser avec l’ancien maître du circuit, Nadal a suivi un cheminement spécifique. Rangé dans la catégorie des «terriens» exclusifs à ses débuts, il a progressé et a adapté son jeu à chaque surface. Le dernier signe de cette adaptation permanente à son environnement a été la modification de son service. Plus puissant grâce à un changement de prise de raquette. «Cela a probablement fait une grande différence dans ce tournoi, indiquait Nadal, lundi. Si je peux continuer à servir aussi bien, ça va être un changement dans ma carrière. Je pourrai jouer encore plus agressif et avec encore plus de sérénité.» Si c’est possible.

R.S.
Newsletter
SPORT

En fin de matinée retrouvez toutes les infos indispensables du sport

publicité
publicité

Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr