Raid israélien sur la flottille: revivez les événements en direct ce mardi

Publié le 1 juin 2010.

INTERNATIONAL - 480 passagers détenus, 48 en voie d'expulsion...


Ce live est désormais terminé. Merci de l'avoir suivi sur 20minutes.fr

19h: Khaled Mechaal, le chef du Hamas en exil, a jugé décevante la réunion mardi du Conseil de sécurité de l'ONU sur l'assaut israélien, accusant les Etats-Unis d'être «responsables» de l'impunité de l'Etat hébreux.

18h55: Quelque 150 militants pro-palestiniens ont manifesté mardi en fin d'après-midi à paris à proximité du Quai d'orsay. Sous une forte pluie, ces manifestants ont déployé un immense drapeau palestinien et crié des slogans tels que «non au blocus de Gaza" ou "nous sommes tous, tous des Palestiniens».

18h52: Des nouvelles rassurantes d'un des Français du convoi
Selon notre rédaction toulousaine, la mère de Thomas Sommer Houdeville, qui n’avait pas de nouvelles de son fils depuis hier matin et l’assaut de la flotille humanitaire, vient d’obtenir «des nouvelles rassurantes de différentes sources. Ils ont retrouvé Thomas et il va bien, il est en bonne santé et se trouve avec des avocats. Il devrait quitter le territoire israëlien bientôt. Il va bien, pour nous c’est le principal soulagement », explique Nadia Pellefigue, une amie de la famille.

18h18: Israël a expulsé plusieurs dizaines de militants de la flottille humanitaire que les commandos israéliens ont pris d'assaut lundi matin. Des 682 personnes de 42  pays qui se trouvaient à bord des six bateaux, 45 ont accepté d'être expulsés et ont pris l'avion lundi et mardi, selon le porte-parole de la police d'immigration israélienne. tous les autres ont été emmenés à la prison de Beersheba, dans le nord d'Israël.

17h48: Le secrétaire général de l'Otan, Anders Fogh Rasmussen, a demandé à son tour à Israël de libérer «immédiatement» les civils et les bateaux encore retenus par Israël à la suite de l'arraisonnement par les soldats israéliens, lundi matin.

17h40: Les militants pro-palestiniens qui ont tenté de forcer le blocus de Gaza avant l'intervention de l'armée israélienne n'étaient armés que de bâtons, assure un ancien député allemand d'extrême gauche Norman Laech, présent sur un des bateaux. «J'ai personnellement vu deux bâtons en bois qui ont été utilisés. Nous n'avons jamais vu de couteau utilisé comme arme. C'est avec des bâtons qu'on s'est défendu», a-t-il assuré, alors que l'armée israélienne assure que ses soldats ont été agressés.

17h14: Sur Twitter, le mouvement Free Gaza, organisateur de la flottille humanitaire, indique que les autorités israéliennes refusent toujours le moindre contact entre leurs membres détenus et leurs avocats.

17h04: Pour Mouammar Kadhafi, les Etats-Unis sont responsables de l'assaut israélien
Le dirigeant libyen a accusé les Etats-Unis de «financer» Israël et d'être ainsi responsables de l'assaut israélien qu'il a qualifié de «crime odieux», dans un message au président américain Barack Obama.

17h: Le député UMP Etienne Pinte s'en prend à Bernard Kouchner
Le député UMP Etienne Pinte s'en est pris ce mardi, dans le huis clos d'une réunion du groupe UMP, à Bernard Kouchner, se disant «très choqué» que le ministre des Affaires étrangères ait parlé d'un «incident» pour évoquer l'opération israélienne. Selon plusieurs participants à cette réunion, l'élu a, en l'absence du ministre, regretté ses propos: «Quand il y a des morts, c'est un accident ou un crime. Ce n'est certainement pas "un incident"!»

16h57: L'UE à la tête de l'enquête internationale sur l'intervention israélienne?
L'Union européenne doit se charger de l'enquête internationale sur l'intervention israélienne contre une flottille chargée d'aide humanitaire à Gaza et «participer à la sécurisation» de son port pour permettre son ouverture, a suggéré ce mardi le secrétaire d'Etat aux Affaires européennes, Pierre Lellouche.

16h55: L'Italie demande la libération des étrangers détenus en Israël.
Six Italiens étaient à bord de la flottille humanitaire.

16h53: Le secrétaire général de l'Otan Anders Fogh Rasmussen a demandé ce mardi à Israël de libérer «immédiatement» les civils et bateaux encore détenus. 

16h31: Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a indiqué ce mardi qu'il était prêt à poursuivre les négociations de proximité avec le gouvernement israélien, a annoncé le secrétaire général de l'Onu M. Ban Ki-moon.

16h28: Quatre Grecs qui se trouvaient à bord de la flottille ont dénoncé des brutalités israéliennes à l'encontre des passagers et leurs conditions de détention après l'assaut, à leur retour à Athènes ce mardi.

16h27: François Fillon a déclaré ce mardi devant l'Assemblée nationale que la France exigeait «la libération immédiate» des neuf Français et de l'ensemble des civils qui se trouvaient à bord des bateaux arraisonnés la veille par l'armée israélienne.

16h25: Au moins quatre ressortissants turcs ont été tués dans le raid des commandos israéliens lundi, selon un diplomate turc.

16h22: Huit Français embarqués sur la flottille à destination de Gaza étaient retenus ce mardi en milieu de journée dans un centre de rétention israélien, selon le président Nicolas Sarkozy.
Ils auraient refusé d'être expulsés d'après le chef de l'Etat. Une procédure était en cours pour qu'ils quittent le pays. L'un d'entre eux a pu regagner la France ce mardi matin.

15h48: Une quarantaine de Britanniques étaient à bord
C'est le ministère des Affaires étrangères à Londres qui l'annonce.

15h46: Le chef du Hamas en exil, Khaled Mechaal, a jugé «décevante» la réunion du Conseil de sécurité de l'ONU, accusant les Etats-Unis d'être «responsables» de l'impunité de l'Etat hébreu.

14h39: Le président Nicolas Sarkozy a insisté ce mardi sur la nécessité d'une enquête «crédible», «impartiale», «transparente» après l'intervention israélienne. 
«Tout le monde a été choqué par le nombre de morts et par la violence des événements. A titre personnel (...) j'ai condamné l'usage disproportionné de la force par les Israéliens. A l'évidence, ce n'est ni plus ni moins qu'une tragédie», a également déclaré Nicolas Sarkozy. Le président français a rendu le blocus à Gaza responsable de ces événements et appelé Israéliens et Palestiniens à reprendre des discussions directes pour relancer le processus de paix. 

14h22: Les associations EuroPalestine et Droits Devant ont appelé à manifester ce mardi soir à 18h devant le Quai d'Orsay pour demander notamment au ministère des affaires étrangères «de faire libérer immédiatement les Français retenus en otage en Israël».

14h18: Des Allemands qui étaient dans la flottille visée lundi par le raid israélien ont assuré ce mardi à Berlin que les militants pro-palestiniens n'étaient armés que de bâtons.

13h38: Trois Espagnols qui étaient à bord de la flottille refusent d'être rapatriés en Espagne
Il s'agit de deux humanitaires et d'un journaliste. Ils sont détenus en Israël et refusent d'être rapatriés, a indiqué ce mardi le ministère espagnol des Affaires étrangères.

13h07: Le président égyptien Hosni Moubarak ordonne ouverture du terminal de Rafah avec Gaza.
Il s'agit du seul point de passage non contrôlé par Israël pour l'acheminement de l'aide humanitaire et le passage des malades.

12h29: Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan accuse Israël d'avoir commis un «massacre sanglant» et qu'il devait «absolument être puni».
«Cette attaque insolente et irresponsable qui piétine toute vertu humaine doit absolument être punie», a-t-il dit dans un discours très dur contre l'Etat hébreu. Il a aussi averti qu'«Israël ne doit pas mettre à l'épreuve la patience de la Turquie», et appelé la communauté internationale à «dire "non" aux agressions d'Israël».

12h27: Le président du Conseil Européen, Herman Van Rompuy juge les pertes humaines «inexplicables»

12h23: La commission des Affaires étrangères de l'Assemblée nationale va procéder à des auditions sur l'assaut de la marine israélienne contre la flottille
Aucune date n'a encore été fixée pour ces auditions, dont le principe a été entériné mardi par la conférence des présidents, qui fixe l'ordre du jour de l'Assemblée.

12h04: L'attaque israélienne «est la preuve que le sionisme est le nouveau visage, en plus violent, du fascisme», selon le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei.

12h01: Dmitri Medvedev dénonce des pertes humaines «irréparables et absolument injustifiées».
«Il faut mener une enquête minutieuse», a souligné le président russe à l'issue d'un sommet Russie-UE à Rostov-sur-le-Don.

11h50: Des manifestations rassemblent plusieurs centaines de personnes en Indonésie et en Malaisie, notamment devant les ambassades des Etats-Unis, pour dénoncer le raid israélien.

11h30: Les pays du Golfe et d'Asie du Sud-Est condamnent l'assaut israélien
Leurs ministres des Affaires étrangères sont réunis à Singapour
dans le cadre de leur réunion consultative habituellement consacrée à des questions commerciales. Ils ont «fermement déploré et condamné le raid d'israël et cet acte de violence dans les eaux internationales», dans un communiqué conjoint.

11h27: Dublin condamne l'arrestation «inacceptable» de 7 Irlandais
Le ministre irlandais des Affaires étrangères Micheal Martin a de plus réclamé leur libération «immédiate et sans condition».

10h50: L'UE et la Russie exigent une «enquête complète et impartiale» sur l'assaut, indiquent-ils dans un communiqué commun publié lors du sommet UE-Russie.

10h43: Une ministre norvégienne appelle la communauté internationale à décréter un embargo sur le commerce des armes avec Israël
Bjoern Jahnsen, porte-parole du ministère des Affaires étrangères, a par ailleurs indiqué que les trois Norvégiens embarqués sur l'un des six bateaux de la flottille étaient indemnes et qu'ils étaient actuellement détenus dans le sud d'Israël.

10h41: La Turquie envoie trois avions médicalisés pour rapatrier 20 de ses ressortissants blessés
Deux des avions, qui appartiennent à l'armée, ont déjà quitté la Turquie et le troisième devait partir dans la journée de mardi, ont annoncé les services du Premier ministre.
Un des avions militaires devait prendre des blessés à Haïfa, et les deux autres à Tel Aviv. La compagnie Turkish Airlines a par ailleurs trois avions en attente, prêts à venir chercher les ressortissants turcs restants, selon le communiqué.

10h39: Une Toulousaine sans nouvelles de son fils
Il s'agit de la mère de Thomas Sommer Houdeville, militant pacifiste de la cause palestinienne et l'un des sept Français qui faisaient partie de l'opération humanitaire. «Elle pense qu'il n'a pas voulu donner son nom au moment de son arrestation comme de nombreux autres bénévoles qui participaient à l'opération humanitaire», a déclaré Arnaud Simion, directeur de cabinet de la mairie de Colomiers, près de Toulouse, où habite la mère.

10h14: Mahmoud Ahmadinejad accuse Israël de planifier une «attaque massive» contre la bande de Gaza
Le président iranien a avertit qu'une telle offensive provoquerait «une tempête de colère dans la région qui déracinera» l'Etat hébreu. Le président iranien a aussi critiqué la position du gouvernement américain, qu'il a accusé de ne pas avoir condamné fermement l'intervention militaire israélienne de lundi.

10h07: L'ambassadeur d'Israël à Londres reconnaît que l'intervention «n'a pas été un succès»
Il a précisé que des discussions sur l'opération étaient en cours en Israël, soulignant que des «activistes» se trouvaient sur l'un des navires, brandissant des couteaux et des barres de métal face aux membres du commando israélien.

10h03: Rome encourage Israël à faire «un geste de détente»
«Après cette erreur franchement inexplicable et absolument grave, (Israël) pourrait faire un geste de détente et dire: "multiplions les efforts de paix, accélérons les négociations, donnons au plus tôt un Etat aux Palestiniens"», a déclaré le ministre italien des Affaires étrangères Franco Frattini sur la RAI.

9h42: Six Grecs sur 36 de retour à Athènes
Les militants qui se trouvaient à bord de la flottille ont atterri mardi matin à Athènes, selon le ministère grec des Affaires Etrangères.

9h32: Le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU convoque une réunion d'urgence mardi après-midi à Genève sur l'intervention militaire israélienne

9h30: Les télévisions israéliennes diffusent des images du raid et montrent que les soldats ont été attaqués «à coups de couteau et de barres de fer»

8h22: Sur cinq Belges, un libéré et quatre détenus
Les cinq Belges qui se trouvaient à bord de la flottille sont sains et saufs, a annoncé un porte-parole du ministère belge des Affaires étrangères. «Un d'entre eux, un cameraman travaillant pour la chaîne de télévision Al Jazeera, doit quitter Israël ce matin, les quatre autres sont bloqués», a-t-il précisé.

8h01:L'Australie estime «impératif» l'ouverture d'une enquête indépendante

Le Premier ministre, Kevin Rudd a demandé au gouvernement israëlien de diligenter «immédiatement une enquête indépendante» et qu'il remette ses conclusions rapidement au Conseil de sécurité de l'ONU.

Un Australien, qui se trouvait à bord de la flottille, a été opéré après avoir été touché par balle à la jambe, a déclaré au Parlement le ministre des Affaires étrangères, Stephen Smith. Quatre autres ressortissants australiens, parmi lesquels deux journalistes, sont par ailleurs détenus par Israël, a-t-il également indiqué.

7h56: Israël empêchera tout autre bateau humanitaire international d'entrer dans les eaux de la bande de Gaza
Le vice-ministre de la Défense, Matan Vilnaï, a affirmé à la radio publique: «Nous ne permettrons pas à des bateaux d'arriver à Gaza et d'approvisionner ce qui est devenu une base terroriste qui menace le coeur d'Israël.»
Les responsables de la «flottille de la liberté» ont annoncé que deux autres navires étaient en route.

«Il ne fait aucun doute qu'il fallait arrêter cette flottille. Evidemment, je reconnais que les images ne sont pas très bonnes et j'admets qu'il y a eu des défaut dans l'évaluation de la situation sur un des bateaux. Nous allons en tirer les leçons», a encore dit Matan Vilnaï, précisant «Ce ne sont pas neuf militants de la paix qui ont été tués, mais des voyous.»

7h50: Le Conseil de sécurité de l'ONU «appelle à lancer sans retard une enquête impartiale, crédible et transparente conforme aux critères internationaux» sur l'intervention militaire israélienne.
Le Conseil réclame également «la libération immédiate des navires ainsi que des civils détenus par Israël», dans une déclaration non contraignante, mais qui a nécessité l'unanimité des 15 membres du Conseil pour être adoptée.

En détention. Quatre cent quatre-vingt passagers, qui étaient à bord de la flottille pour Gaza de militants pro-palestiniens attaquée par la marine israélienne lundi matin, sont détenus ce mardi en Israël. Quarante-huit autres sont en voie d'expulsion, a annoncé la radio publique israélienne.

Les 480 détenus sont regroupés dans une prison d'Ashdod dans le sud d'Israël tandis que 48 autres ont été conduits vers l'aéroport international Ben Gurion pour être expulsés vers leur pays d'origine. Par ailleurs, 45 autres passagers, pour la plupart d'origine turque, étaient hospitalisés dans différents établissements. Six soldats israéliens blessés au cours de l'opération étaient également hospitalisés, a ajouté la radio.

Poursuites judiciaires au cas par cas

Les passagers détenus vont être interrogés dans la journée et les autorités décideront au cas par cas ceux qui seront libérés et ceux contre lesquels des poursuites judiciaires vont être engagées. Parmi les détenus figure Kamal Khatib, président du Haut comité de suivi des Arabes israéliens, qui a appelé mardi à une journée de grève et de manifestations en Israël. Un des chefs islamistes arabes israéliens, Raëd Salah, dirigeant de l'aile radicale du Mouvement islamique en Israël, qui se trouvait à bord du convoi, est pour sa part détenu dans un commissariat de police d'Ashdod.

Par ailleurs, la police israélienne était mardi en état d'alerte pour faire face à «d'éventuels désordres» parmi les Arabes israéliens.

L'ONU piétine

En parallèle, les discussions s'éternisent à l'ONU sur les termes d'une déclaration sur l'abordage sanglant. Une séance-marathon du Conseil de sécurité, commencée lundi peu après 17h GMT (19h, heure française), était toujours en cours à 4h GMT (6h, heure française) ce mardi. Selon des diplomates, un désaccord entre la Turquie, rédactrice du projet de texte, et les Etats-Unis, traditionnels protecteurs d'Israël à l'ONU, empêchait l'adoption de cette déclaration qui vise à appeler au lancement d'une enquête sur les circonstances de l'assaut.

Les négociations sur le texte ont fait suite à un débat public au Conseil, lors duquel Israël a été mis sur la sellette, la majorité des Etats appelant à une enquête internationale et à la levée du blocus de la bande de Gaza. Le raid israélien contre la flottille a suscité un tollé international, de nombreux pays l'ayant jugé «disproportionné» et ayant convoqué les ambassadeurs de l'Etat hébreu.

>> En raison de débordements, nous nous voyons contraints de fermer cet article aux commentaires. Merci de votre compréhension.
B.D. et C.C. avec agence
publicité
publicité
publicité

publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr