Ecotaxe: Revivez les événements du mercredi 6 novembre

66 contributions
Publié le 6 novembre 2013.

SOCIETE - Les fronts sociaux et politiques sont bouillants...

 

23h14: Ce live est terminé, merci de l'avoir suivi.

19h55: Ecomouv' est »le révélateur d'un abandon de l'Etat» pour Dupont-Aignan

Le député souverainiste Nicolas Dupont-Aignan a estimé mercredi que le contrat contesté Ecomouv' était «le révélateur de l'abandon de l'Etat», critiquant le système des partenariats-publics privé (PPP) choisi pour l'écotaxe.

Dans un billet posté sur son blog et intitulé «Le scandale Ecomouv': révélateur de l'abandon de l'Etat», le président de Debout La République s'en prend aux partenariats publics privés (PPP).

«Ces montages financiers, qui permettent de confier une mission de service public à des entreprises privées, sont parmi les outils préférés des gouvernements. Ils permettent de présenter un bilan en fin de mandat, en en laissant le coût à son successeur. Dans un PPP, on ne paye pas les travaux lors de leur réalisation, mais lors de leur utilisation... Et comme le prouve le scandale Ecomouv', on les paye très cher», écrit-il.
 


19h07:Pour Berger (CFDT), les auteurs de l'ultimatum en Bretagne «mentent» aux salariés

Le numéro un de la CFDT, Laurent Berger, a affirmé mercredi à l'AFP qu'une partie de ceux qui posent des «ultimatums» en Bretagne sur l'écotaxe sont "en train de mentir «aux salariés parce qu'ils ne veulent » pas assumer leur responsabilité.

«Les responsables d'un certain nombre de difficultés économiques» en Bretagne, «il faut qu'ils se regardent en face dans la glace, et c'est une partie de ceux qui posent aujourd'hui ces ultimatums et qui sont en train de mentir aux salariés parce qu'ils ne veulent pas assumer leur responsabilité», a affirmé Laurent Berger.

Selon le leader de la CFDT, qui n'a pas soutenu le mouvement des «Bonnets rouges», dire que «l'agroalimentaire va mal et que c'est la faute de l'écotaxe, c'est de la mystification».
 


18h59: Jacob (UMP) «comprend l'exaspération»
«Je comprends l'exaspération, mais ce qui est vrai pour les Bretons l'est aussi pour toutes les autres régions françaises», a déclaré mercredi Christian Jacob, qui a demandé de nouveau au gouvernement de renoncer à l'écotaxe. «Il faut s'en sortir. Il faut arrêter de tergiverser», a-t-il dit.

Dénonçant les augmentations d'impôts décidées par le gouvernement, il a fait valoir que cette écotaxe était «cette goutte d'eau qui fait déborder le vase». «Cette couche supplémentaire, elle n'est pas acceptable».

Christian Jacob a jugé que la procédure de désignation de la société Ecomouv' pour récolter l'écotaxe était «conforme» et s'est montré serein concernant la création par les socialistes d'une commission d'enquête parlementaire sur le sujet.

 


18h06: Hidalgo accuse le précédent gouvernement d'avoir eu peu de souci de l'intérêt public 

Anne Hidalgo, candidate PS à la mairie de Paris, a accusé mercredi la précédente majorité, dont sa rivale UMP Nathalie Kosciusko-Morizet, de ne guère se soucier de l'intérêt public, au sujet d'Ecomouv', société chargée de percevoir l'écotaxe.

«Le contrat a été conclu dans des conditions qui ne garantissent pas du tout l'intérêt de la puissance publique, de l'Etat et du contribuable», a-t-elle accusé sur i>TELE.

Elle a critiqué «un contrat qui prévoit qu'en cas de non-application, l'Etat doit 800 millions d'euros à la société chargée de prélever cette taxe et que chaque année ce sont 250 millions d'euros au titre des frais de gestion que l'Etat doit verser à cette société privée».

«Il n'y avait pas beaucoup de souci de l'intérêt public, voire de l'incompétence», a insisté la première adjointe de Bertrand Delanoë.


 

16h46: Des sénateurs regrettent «une prise de conscience tardive du scandale»

Les sénateurs du groupe Communiste, républicain et citoyen (CRC) ont regretté mercredi «une prise de conscience tardive du scandale» de la collecte de l'écotaxe par la société Ecomouv', soulignant qu'ils l'avaient dénoncé en février.

A l'occasion du débat l'hiver dernier au Sénat du projet de loi «portant diverses dispositions en matière d'infrastructures et de services de transports» -dont l'un des objectifs était de permettre la mise en oeuvre de l'écotaxe poids lourds-, «les sénateurs du groupe CRC ont dénoncé le recours au partenariat public-privé avec la société Ecomouv», rappellent-ils dans un communiqué.


16h18: «Nous avons plus besoin de bâtisseurs que de commères» lance Urvoas (PS) à Placé (EELV)

Le député PS Jean-Jacques Urvoas a déclaré mercredi que «nous av(ions) plus besoin de bâtisseurs que de commères», en réagissant à la proposition du président des sénateurs écologistes, Jean-Vincent Placé, de nationaliser l'écotaxe.

«Jean-Vincent Placé devrait mieux travailler plutôt que de parler. En cette période, nous avons plus besoin de bâtisseurs que de commères», a affirmé le député du Finistère sur France 3, avant la séance des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale.


15h43: Ayrault s'explique à l'Assemblée

Lors des questions au gouvernement de mercredi, le Premierm inistre a expliqué que les auteurs "identifiés" de violences et de dégradations commis contre les portiques  faisaient l'objet de "convocations devant le tribunal correctionnel de Quimper". "Quel que soit le bien public, un portique, un radar, une école, un équipement sportif (...), ce n'est pas acceptable, c'est contraire aux lois de la République", a ajouté le Premier ministre qui souhaite une signature du Pacte d'avenir de la Bretagne avant fin novembre

15h34: Le parquet de Nanterre rouvre une enquête sur les conditions d'attribution du contrat PPP entre l'Etat et la société privée Ecomouv'.

Le gouvernement Fillon avait attribué la construction des portiques et la récolte de l'ecotaxe à Ecomouv', une société privée qui devait gagner 250 millipons d'euros par an. Des écologistes ont dénoncé un "scandale d'Etat".

15h24: FO claque la porte des discussions

Alors qu'une série de tables-rondes est en cours dans la préfecture de Rennes, les représentants de FO viennent de quitter la salle, selon les journalistes de l'AFP présents sur place.

13h20: FO et CGT se prononcent  pour un gel des licenciements, CFDT et Medef s'y opposent

Les syndicats FO et CGT ont réclamé mercredi matin le gel des licenciements en Bretagne, pour FO un préalable à toute discussion, tandis que CFDT et Medef s'y sont opposés lors de la première réunion préparatoire au «Pacte d'avenir pour la Bretagne» qui s'est tenue à la préfecture de région à Rennes.

«On a demandé un gel des licenciements pour les deux mois qui viennent», a déclaré à l'issue de la réunion qui a duré près de trois heures Fabrice Lerestif, secrétaire départemental de FO en Ille-et-Vilaine.

Il a dénoncé dans le cadre du Pacte d'avenir lancé par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault «des mesures qui ne sont pas à la hauteur». «On veut un gel des licenciements», ou au moins des signes allant dans ce sens avant 14h30, a-t-il dit, «sinon on ne viendra pas cet après-midi» à la réunion élargie qui doit rassembler tous les acteurs économiques, sociaux, politiques rassemblés pour travailler sur le Pacte d'avenir.


13h10: Jean-Vincent Placé (EELV) veut une «nationalisation» de l'écotaxe ou renégocier le contrat Ecomouv'

Le chef de file des sénateurs Europe Écologie-Les Verts, s'est dit mercredi en faveur d'une "nationalisation de l'écotaxe" ou à défaut d'une renégociation du contrat liant l'Etat à la société Ecomouv' chargée de sa collecte.

13h08: L'ultimatum passé, les «Bonnets rouges» vont se réunir pour décider de la suite du mouvement

Les membres du mouvement dit des "Bonnets rouges" ont annoncé qu'ils allaient se réunir dans les prochains jours pour décider de la suite du mouvement.

 12h30: VOTRE AVIS - Soutenez-vous le mouvement des bonnets rouges bretons?

La révolte qui gronde dans l'Ouest fascine et agace les internautes de 20 Minutes. «Il faut être casseurs pour être écouté par l'Etat?» interroge Ph dans les commentaires, alors que d’autres, galvanisés, attendent la contamination nationale. «Aujourd'hui c'est la Bretagne qui est touchée. Mais demain, à qui le tour?» enchaîne Loup, son avatar flanqué d’un drapeau breton.

Et vous, bretons ou pas, comprenez-vous les revendications des bonnets rouges? Donnez-nous votre point de vue en participant dans les commentaires ci-dessous ou écrivez-nous à 
reporter-mobile@20minutes.fr 

12h02: L'ultimatum «n'est pas la bonne méthode», affirme Jean-Marc Ayrault

Le Premier ministre
a déclaré que l'ultimatum «n'est pas la bonne méthode». «La bonne méthode, c'est de se mettre autour de la table et en ce moment tous les acteurs politiques, économiques, sociaux sont autour de la table en Bretagne», a fait valoir le Premier ministre devant la presse.
Mardi, un des responsables du collectif «Vivre, décider et travailler en Bretagne», avait réclamé «une annonce officielle de la suppression de l'écotaxe pour la Bretagne» pour mercredi midi, faute de quoi il y aurait «sans doute» de nouvelles actions.

11h30: Benoît Hamon condamne la violence
Le ministre de l'Economie sociale et solidaire, Benoît Hamon, a déclaré: «La violence ne donne pas des droits», notamment à exercer «un chantage sur le gouvernement» et «doit être condamnée», a déclaré le ministre sur France 2 ce mercredi. Il a rappelé que le gouvernement avait «invité au dialogue» pour «trouver des solutions» sur cette mesure qui devait entrer en vigeur au 1er janvier et rapporter 1 milliard par an.

11h25: Jean-Yves Le Drian rejette l'«ultimatum» lancé par les bonnets rouges

Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a rejeté mercredi l'«ultimatum» que veulent imposer sur l'écotaxe les Bonnets rouges bretons, une arme qui selon l'ancien président de la région Bretagne «ne fait pas partie de la panoplie de la République».

11h21: Brice Hortefeux accuse le gouvernement de s'être «embourbé»

L'ex-ministre UMP Brice Hortefeux a défendu sur Europe 1 le principe et la légalité de l'écotaxe, accusant le gouvernement de gauche de s'être «embourbé» dans ce dossier à cause d'une gestion «à contretemps», alors que «le principe de l'écotaxe est juste» et que «sa légalité ne peut être remise en cause».

10h15: Raffarin défend le PPP avec Ecomouv'

Tout en conseillant au gouvernement socialiste d'abandonner l'écotaxe "dans sa version actuelle", l'ex-Premier ministre UMP Jean-Pierre Raffarin a souligné mercredi que la procédure autour de la société privée Ecomouv', chargée de collecter la taxe poids-lourds, avait été validée par le Conseil d'Etat.

François Fillon, qui comme Premier ministre avait lancé cet impôt nouveau, a présenté à l'UMP "le dossier de manière sereine, complète, forte, convaincante", selon lui. De plus la procédure, contestée en tribunal administratif, "a été validée en Conseil d'Etat".

10h00: Les discussions débutent en Bretagne

Les discussions sur la crise bretonne ont débuté mercredi sur fond d'ultimatum du mouvement des "Bonnets rouges" qui menace de mener de nouvelles actions si l'écotaxe  n'est pas supprimée définitivement avant mercredi midi. Les syndicats ont débuté un round de discussions à la préfecture de Rennes.

Après les partenaires sociaux et organisations patronales, une autre réunion était prévue à 14h30 avec les élus et le collectif des "acteurs économiques et sociaux" qui affirme représenter quelque 150.000 entreprises. Parallèlement, six réunions thématiques sont planifiées jusqu'à vendredi portant sur l'agriculture et l'agroalimentaire.

9h25: Bayrou veut "tout remettre à plat"

François Bayrou, a estimé mercredi qu'il fallait "absolument tout remettre à plat". "Il y a plein de questions qui se posent, des questions très préoccupantes. Ce contrat est bizarre car depuis les fermiers généraux de la monarchie et de l'Ancien Régime, il est très rare que l'on donne 20% au collecteur d'impôt", a déclaré Bayrou sur RMC-BFMTV.

9h05: Hidalgo tacle NKM

Entre candidates parisiennes, on ne se fait pas de cadeau. Et le moindre prétexte est sujet à empignades. Anne Hidalgo accusé mercredi la précédente majorité, dont sa rivale UMP Nathalie Kosciuko-Morizet, de ne guère se soucier de l'intérêt public, au sujet d'Ecomouv'. "Le contrat a été conclu dans des conditions qui ne garantissent pas du tout l'intérêt de la puissance publique, de l'Etat et du contribuable", a-t-elle accusé sur i>TELE. Rappelons que NKM était ministre de l'Ecologie à l'époque.

Alors que les Bonnets rouges ont lancé un ulimatum au gouvernement, les responsables de gauche et de droite continuent à sécharper sur le partenariat public-privé passé avec Ecomouv'.

20 Minutes vous fait suivre toutes les dernières informations au long de cette journée. 

La rédaction de 20 Minutes
publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr