Antoine de Caunes a dit oui au «Grand journal» «déprimé» par l'annulation de son film

24 contributions
Publié le 27 juin 2013.

MEDIAS - Interviewé ce jeudi matin sur France Inter, Antoine de Caunes a expliqué avoir pris la décision de prendre les rênes du «Grand journal» alors qu'il était «extrêmement déprimé» par l'annulation du tournage du film qu'il devait faire à la rentrée...

«Non», il ne sera pas au «Grand journal» en septembre, avait fermement démenti Antoine de Caunes début juin en réaction aux rumeurs qui l’annonçaient comme le remplaçant de Michel Denisot. Deux semaines plus tard, celui-ci annonçait pourtant son nom pour lui succéder.

Antoine de Caunes n’avait pas menti. «A ce moment-là, quand je réponds non, je suis absolument sincère! Je suis dans la préparation du film qui doit démarrer le 15 septembre», explique ce jeudi matin Antoine de Caunes au micro de Pascale Clark, sur France Inter. Ce film de Roschdy Zem, dans lequel il devait «jouer un personnage qui s’est converti au bodybuilding», a finalement été «retardé, déplacé».

«Du coup, quand la nouvelle de ma disponibilité est arrivée aux oreilles de Canal+, ils m’ont sauté dessus pour reprendre le "Grand journal"». Il n’a alors pas pris beaucoup le temps de réfléchir. «Ça s’est passé un matin. J’étais extrêmement déprimé à cause de l’arrêt de ce film. Ils m’ont fait cette proposition qui était complètement folle, déraisonnable. C’était tellement dingo que ça fait partie des deux-trois décisions que vous prenez dans votre vie, quand vous êtes à un carrefour, et vous allez à soit droite, soit à gauche. Vous savez que ça va être dur et vous dites oui, justement parce que c’est dingo et que l’enjeu est considérable.»

«Calmer le jeu et redonner le temps à la parole»

Sait-il ce qu’il va faire pour la rentrée? «Pas du tout! Aucune idée!», lance-t-il, expliquant qu’il est «en train de travailler avec la rédaction», même s’il a «évidemment plein de pistes et plein d‘idées».

«C’est un talk-show. Il y a "talk" et il y a "show"», poursuit Antoine de Caunes, qui veut «calmer le jeu et redonner le temps à la parole». A ses yeux, le «Grand journal» «ronronnait » et «était devenu très institutionnel». «Ils se sont laissés déborder par le cadre avec cette hantise que les gens zappent, on n’avait plus le temps de parler.»

«Il est là le temps! Il suffit de bien l’agencer», lance De Caunes, qui s’apprête à «rentrer dans la peau du présentateur, de l’anchorman à l’anglo-saxonne en costume cravate, mais en jouant avec le cadre»: «Je ne ferai pas Pine d’huître!». Il garde le nom de l’émission, les Guignols, le Zapping, et n’aura pas de coprésentatrice.

A.L
Newsletter
POP

En fin de journée, faites
le tour de l'actu POP : culture, people, médias

publicité
publicité
publicité

Top 5 des vidéos partagées
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr