Marc Dufumier: «Les produits peu chers nous coûtent en fait très cher»

3 contributions
Publié le 27 février 2013.

SALON DE L'AGRICULTURE - L'agronome, proche de Nicolas Hulot, pense que l'affaire de la viande de cheval révèle une «course à la compétitivité» dans l'alimentation...

Des assiettes occidentales bien trop remplies de produits industriels, des millions de personnes qui meurent de faim dans le monde, des viandes suspectes dans la composition des plats préparés et des agriculteurs qui polluent, souvent sans le vouloir, leur environnement: c’est à ce grand bazar que Marc Dufumier, agronome et enseignant-chercheur à AgroParisTech, tente de répondre dans ses travaux. Aujourd’hui membre du think-tank lancé par Nicolas Hulot, il veut promouvoir une agriculture plus naturelle et qui nourrisse vraiment la planète.

L’affaire de la viande de cheval est-elle un cas particulier ou un symptôme des dérives de l’agro-alimentaire?

On ne peut pas généraliser à toutes les filières, mais il n’en reste pas moins que c’est un peu révélateur du fait qu’on veuille toujours vendre au moindre coût monétaire pour conquérir des parts de marché et que la tentation reste grande de ne pas respecter les normes. C’est donc un cas particulier mais révélateur de cette course à la compétitivité. Si on veut manger de la bonne nourriture et de la bonne viande, il vaut mieux se fier à des circuits courts et labellisés.

Cela veut dire qu’il faudrait payer plus cher pour manger sainement?

Les produits peu chers nous coûtent en fait très cher, par exemple en épuration des eaux, en sécurité sociale pour la santé, pour se débarrasser des algues vertes en Bretagne… Ce sont des impôts que nous payons déjà. Il faudrait rémunérer les agriculteurs pour qu’ils se convertissent et se maintiennent dans une agriculture plus respectueuse de la santé et de l’environnement.  De plus, il faudrait plus largement une  redistribution plus égalitaire des revenus en France: soit on parvient à faire en sorte que les couches modestes voient leur pouvoir d’achat s’accroître, soit on rend les  aides de la PAC plus incitatives sur le volet environnemental.

Le «verdissement» prévu pour la PAC en 2013 vous semble-t-il à ce titre suffisant?

La proposition de la Commission européenne est bien en dessous de ce qui serait nécessaire. Mais il fallait choisir entre des mesures exigeantes, pas adaptables aux terroirs de 27 pays, et des mesures insignifiantes. L’Europe ne s’est pas donné les moyens de rémunérer ses agriculteurs via la PAC et on reste sur des primes à l’hectare qui ont perdu tout caractère incitatif. Il aurait fallu une démarche contractuelle à l’échelle régionale qui tienne compte des spécificités des terroirs. 

Pensez-vous, à l’instar du ministre de l’Agriculture, que l’avenir de l’agriculture française réside dans l’agroécologie? Et quelle différence faites-vous avec le bio?

Je considère qu’à terme c’est toute notre agriculture qui va devoir évoluer vers l’agroécologie, qui est une agriculture qui fait un usage intensif des ressources naturelles par des voies biologiques. La forme d’agriculture qui y ressemble le plus en France, c’est le bio, qui a l’avantage d’avoir une certification, un logo et qui peut être bien rémunéré. C’est sa force car les agriculteurs qui font un effort tant doivent être mieux rémunérés. La totalité des agriculteurs  va devoir opérer un virage à 90 degrés, pour qu’on n’ait pas une agriculture bio pour les bobos et une agriculture industrielle pour ceux qui fréquentent le hard discount.

Le salon de l’agriculture peut-il être le lieu pour faire passer ce message?

Le salon expose surtout une agriculture industrielle. Quelques stands présentent une forme d’agriculture alternative, mais ils sont minoritaires.

Mais est-il envisageable de nourrir la France sans une part d’industrie dans l’agriculture?

Techniquement oui, mais les produits seraient nécessairement plus chers. L’avenir de l’agriculture française, y compris sur les marchés internationaux, n’est pas de produire du tout venant comme la poudre de lait, les céréales ou les poulets bas de gamme. C’est plutôt une agriculture artisanale qui associe céréales et élevage, qui limite l’emploi des pesticides, qui exige plus de travail humain. Pour cela, il faut que l’agriculteur soit mieux rémunéré et que les couches modestes de la population aient accès à des produits de grande qualité. 

Propos recueillis par Audrey Chauvet
publicité
publicité
publicité

publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr