Le producteur de Rebecca Black récidive et vous présente «It's thanksgiving»

2 contributions
Publié le 16 novembre 2012.

CULTURE - Nicole Westbrook a 12 ans et chante, puis rappe son amour pour Thanksgiving avec une cuisse de poulet en guise de micro...

Aujourd’hui, c’est vendredi. Hier, c’était jeudi. Et demain, ce sera samedi. C’est un raisonnement incroyablement brillant, certes, mais le mérite ne nous revient pas. C’est Rebecca Black qui, en février 2011, nous l’avait appris, en publiant «Friday» sur YouTube. Un an et demi plus tard, alors qu’on croyait ce massacre auditif derrière nous, voilà que sa relève, une certaine Nicole Westbrook, débarque pour nous apprendre qu’avant Thanksgiving, il y a le 4 juillet, et qu’après, il y aura Noël.

«La dinde. HEY! La purée de patates. HEY!». Nicole, 12 ans, nous vient de Oakville, Missouri et peut-être comme chaque gamine ayant déménagé à Los Angeles, a décidé de se lancer dans la chanson. Comme Rebecca Black, elle a donc fait appel au label Ark Music Factory pour qu’il lui concocte le clip génial qui lui ouvrira les portes du succès.

Le label s’est exécuté, et s’est, vous l’avez vu, surpassé. Entourée de ses amis qui n’ont même pas encore l’âge d’avoir de l’acné, Nicole Westbrook crie son amour pour Thanskgiving et la purée de patates, sur des paroles qui feraient presque passer Rebecca Black pour du Brassens.  Le meilleur moment se situant vers 2:30 quand elle se lance dans un rap philosophique «Don’t be hateful, gotta be grateful». Nicole atteint ce vendredi les 8.268.906 vues. Ce n’est pas les 43 millions de vues de Rebecca, mais ça devrait venir.  

Patrice Walson, ce génie de l’ombre

Au milieu de cette bande d’enfants déjà angoissante, vous noterez la présence encore plus angoissante d’un unique adulte déguisé en poulet. Regardez-le bien, car voilà Patrice Walson, le fondateur du label Ark Music Factory et le père spirituel de Rebecca, Nicole et tant d’autres. 

En mars 2011, Patrice Wilson a donné une interview, tournée par les soins de son label. Il s’est très peu exprimé dans les médias depuis. Wilson y explique ses motivations à ceux qui osent l’accuser de se faire une petite fortune sur le dos d’une armée de jeunes filles, car oui, elles sont une armée à vouloir percer comme Rebecca Black. La preuve ici sur la chaîne YouTube d’ARK Factory.

La mère de Rebecca Black avait certes payé 4.000 dollars pour «Friday», mais c’était une affaire, assure Wilson… «Trouvez-moi un autre label qui propose pour aussi peu cher d’écrire une chanson, de produire un clip et d’en faire la promo. D’ailleurs je ne promets pas la célébrité. Si des personnes m’approchent avec pour unique but celui de ‘’devenir célèbre’’, je leur dis qu’ils ne sont pas au bon endroit».

Non, ce qui anime Wilson, c’est simplement de «réaliser les rêves» de ces jeunes filles, comme il l’explique sur sa page Facebook. «Je veux donner à ces gamins qui adorent chanter une chance de travailler en studio, d’être devant les caméras et devant un public. Je ne suis pas là pour amasser des millions. Je veux juste les aider à réaliser leurs rêves. Je ne cherche à exploiter personne». D’ailleurs le nom «Ark Music Factory» lui a été inspiré par l’Arche de Noé. Il voulait créer «un endroit où réunir les gens, où tout le monde puisse se sentir bien».

Haters gonna hate

Bientôt, on l’espère, Wilson reprendra la parole pour nous expliquer les paroles d’«It’s Thanskgiving». Car cette interview de 2011 nous avait donné la réponse pour «Friday». «Je me souviens quand j’ai écrit ‘’Friday’’. On était jeudi soir, mais j’ai terminé la chanson le vendredi matin et je me suis dit, wow c’est déjà vendredi!» raconte t-il. Incroyable, hein, comme les jours se suivent.

«Mais je savais qu’elle était bête, vous savez. Tout le monde sait l’ordre des jours de la semaine (…) mais le but des chansons pop, c’est d’accrocher, et de dire les choses de façon simple. Ca m’a attristé que tant de personnes critiquent Rebecca pour la chanson. Parce que c’est moi qui l’ai écrite» regrette le producteur.

A en croire sa page Facebook, Wilson est encore aujourd’hui affecté par l’incompréhension générale. «Je trouve ça drôle que les gens passent plus de temps à ‘’troller’’ qu’à faire des choses utiles. Vous pouvez dire ce que vous voulez, ça ne va pas m’arrêter (…) Si vous n’aimez pas ce que je fais, laissez moi tranquille. Merci à tous. #hatersgonnahate» écrivait-il il y a quelques jours.

Pourtant, «It’s thanskgiving» cartonne sur YouTube, donc le rêve de Nicole se réalise, et c’est grâce à lui. Seul regret: contrairement à «Friday», «It’s Thanksgiving» ne peut être utilisée qu’une fois par an. A écouter en boucle jeudi 24 novembre, donc.

Annabelle Laurent
Mots-clés
Newsletter
POP

En fin de journée, faites
le tour de l'actu POP : culture, people, médias

publicité
publicité
publicité
Top 5 des vidéos partagées
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr