Présidentielle américaine: Romney remporte le premier round des débats télévisés face à Obama

20 contributions
Publié le 4 octobre 2012.

ETATS-UNIS - Plus offensif, plus concis, plus clair, le candidat républicain a bel et bien marqué des points...

De notre correspondant aux Etats-Unis,

Barack Obama a reçu une leçon, mercredi. Selon un sondage à chaud réalisé par CNN, 67% des téléspectateurs estiment que Mitt Romney a remporté le débat, contre seulement 25% au président sortant.

>> Revivez le débat par ici

«Romney lui a botté le derrière, pour rester poli», confie à 20 Minutes le stratège républicain Patrick Dorinson. Un avis partagé côté démocrate par Garry South: «Obama n'avait pas d'énergie, il n'était pas agressif. On avait l'impression qu'il n'avait pas envie d'être là», s'alarme-t-il.

Pendant 90 minutes, les deux candidats ont opposé leur vision sur l'économie, la santé et le rôle du gouvernement. Mitt Romney a rapidement attaqué le bilan du sortant: «23 millions d'Américains sont au chômage ou ont renoncé à chercher un emploi. 47 millions ont besoin d'aide pour acheter à manger. Les prix de l'essence ont doublé, les déficits se sont creusés alors que le candidat Obama avait promis de les diviser par deux. Je suis inquiet pour l'avenir du pays si nous continuons sur le même chemin.»

En face, Obama a ouvert de manière trop légère en souhaitant un joyeux anniversaire de mariage à sa femme. Il a ensuite mollement répété ses attaques habituelles, accusant Mitt Romney de vouloir «baisser les impôts des plus riches» au détriment de la classe moyenne. «Les maths, le bon sens et l'histoire ont montré les résultats» de ces politiques sous George W. Bush «avec la récession la plus grave depuis la Grande dépression», a conclu le président, dans sa seule bonne tirade de la soirée.

Romney dément vouloir pénaliser la classe moyenne

«Je voudrais clarifier un point: je n'ai pas l'intention de baisser les impôts de 5.000 milliards de dollars», a rétorqué le républicain, semblant contredire son programme. Il l'a expliqué par un tour de passe-passe, affirmant que son plan pour relancer l'économie créerait des emplois et donc des revenus supplémentaires pour l'Etat. De quoi, selon lui, «diminuer le taux d'imposition de la classe moyenne sans toucher à celui des plus riches ni aggraver les déficits.»

Barack Obama, qui a pris beaucoup de notes, la tête baissée tandis que Romney le regardait constamment, a bien invoqué Bill Clinton et des problèmes «d'arithmétique». Il a aussi longuement défendu sa réforme de la santé, que Mitt Romney a promis d'abroger. Mais à aucun moment il n'a été en mesure de déstabiliser son adversaire. «Romney a encore été vague. Qu’Obama l'ait laissé s'en sortir sans jamais avoir le dernier mot est incompréhensible», estime Garry South.

«Les Américains doivent se demander pourquoi Mitt Romney garde tout ses plans secrets. Est-ce par ce qu'ils sont trop bons?», a quand même tenté le président en plaisantant vers la fin du débat. En revanche, il n'a pas utilisé une seule munition qui aurait pu faire mal à son adversaire (ses déclarations d'impôts, sa gaffe sur les 47% d'assistés, les sorties républicaines sur l'avortement etc.). Garry South conclut: «Je ne pense pas que Romney ait foncièrement réussi à convaincre les indécis ce soir. Mais la course est serrée. Si Obama ne se reprend pas lors du prochain débat, les démocrates pourront commencer à s'inquiéter.»

Philippe Berry

Le débat en 2 minutes

C'est ci-dessous, compilé par NowThisNew:

 

publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr