« Penser sur le long terme tout en restant séduisant »

Fabien Bouton Responsable du pôle éco- design dans l'agence de conseil en développement durable Evea. En quoi l'emballage des cosmétiques pèche-t-il ?A cause de masses de matériau trop i...

— 

Fabien Bouton
Responsable du pôle éco-

design dans l'agence

de conseil en développement

durable Evea.
En quoi l'emballage des cosmétiques pèche-t-il ?
A cause de masses de matériau trop importantes, de finitions, composants ou peintures, qui peuvent rendre impossible le recyclage et, enfin, des volumes. On parle « d'emballages voleurs », surdimensionnés par rapport au produit, qui impliquent des moyens de transport disproportionnés.
Pourquoi cette industrie a-t-elle du mal à évoluer ?
Il y a, notamment dans le luxe, une idée d'excès, de beauté extrême, qui va à l'encontre de l'éco-conception conçue com­me réduction. Mais ce sont aussi les marques de luxe qui font évoluer les choses. Kenzo, Thierry Mugler ou Annick Goutal ont adopté les rechar­ges ou « fontaines » de parfum. C'est une révolution copernicienne : penser sur le long ter­me, tout en restant séduisant.
La révolution des emballages est donc en marche...
Oui, mais timidement. L'écart entre les attentes de consommation et la proposition des marques se réduit. L'accompagnement est disponible et si Chanel peut jouer la carte du développement durable, il n'y a pas de raison que les autres en aient peur.M. M.

Mots-clés :

Aucun mot-clé.